Un tuyau éclaté. J’avais assez d’eau stockée pendant deux semaines.

Jeudi après-midi, j’ai réalisé toute la signification du bruit que j’entendais courir dans mes tuyaux. Ce n’était pas un robinet qui coulait quelque part, il y avait une fuite sous ma dalle.

Je vis au pays des ouragans. J’ai eu une abondance d’expérience avec les conséquences de ces tempêtes dans mon plus d’un demi-siècle de vie. On pourrait dire que je me prépare depuis l’âge de 8 ans. Pendant tout ce temps, je n’ai jamais perdu d’eau. Puissance, oui. Eau chaude, oui. Je n’ai même jamais connu d’alerte « faire bouillir l’eau », sauf lorsque j’étais bénévole pour les secours aux sinistrés dans d’autres communautés. Mais j’ai eu des expériences de vie sans eau au fil des ans.

À la fin des années 1950, notre famille a déménagé dans une région où l’eau avait un goût horrible. L’eau en bouteille était inconnue à l’époque et les cruches de 5 gallons disponibles étaient hors de notre gamme de prix. Mon grand-père avait l’habitude de ramener tous les jours du travail des cruches d’un gallon à la maison pour notre eau potable. Par chance, nous avons trouvé notre propre maison quelques mois plus tard, donc je n’ai eu le problème de «mauvaise dégustation» de l’eau que lorsque j’ai rendu visite à mes grands-parents en vacances.

À l’adolescence, notre famille a parcouru le pays dans un véhicule récréatif (VR) tout l’été. Heureusement, le camping-car disposait d’un approvisionnement en eau suffisamment important pour répondre à nos besoins. Cependant, la baignade dépendait de la location ou non d’un camping pour la nuit, sinon, c’était des bains d’éponge tout autour.

En tant que nouvelle mariée, avant Giardia, nous avons commencé le camping sous tente afin d’économiser de l’argent sur les dépenses de vacances. La plupart du temps, il y avait un ruisseau pour l’eau, mais il fallait la transporter jusqu’au camping. Parfois, il y avait un robinet partagé. Les installations de la salle de bain variaient de creuser soi-même à l’utilisation d’une douche. Nous avons finalement opté pour un camping-car, mais nous n’avons jamais pris de douche, à l’exception de l’année où mon ex-mari avait un emploi dans un autre État.

Nous avons finalement pu acheter une propriété et avons commencé à construire dessus. Le marché du logement y était serré et nous n’avions pas pu vendre notre autre maison. L’argent était serré, même si nous travaillions tous les deux. Nous avons loué un camping-car et avons vécu sur la propriété. Bien que nous ayons été branchés à l’eau et que nous ayons eu une douche et une baignoire, nous avons finalement commencé à nous baigner chez un ami en ville. Nous l’avons également payée pour faire notre lessive car le coût des laveuses était élevé le samedi matin à la laverie.

Un changement de style de vie

Mais maintenant, j’allais avoir l’expérience complète d’avoir mon eau pendant une période de temps indéfinie. Comme je ne pouvais joindre mon plombier que vendredi matin, ce serait lundi avant même que je puisse savoir exactement où se trouvait la fuite. Heureusement, j’ai pu trouver un plombier qui pouvait venir le lendemain. Malheureusement, ce n’était pas mon plombier habituel. En tout, l’eau était hors pendant 4-1/2 jours. J’aurais pu le rallumer pour l’utiliser, mais il fuyait 90 gallons par heure et je ne voulais pas payer pour autant d’utilisation.

Heureusement, j’avais nettoyé la maison lundi et fait toute la lessive mercredi. J’avais gardé la vaisselle lavée tous les jours, jusqu’au jeudi matin. Ça avait été une semaine tellement chargée : j’étais débordée par mon emploi du temps de travail et de bénévolat, alors c’est vendredi après le dîner que j’ai commencé à m’attaquer aux plats du mercredi. Non seulement cela, puisque je suis un régime prescrit (faible teneur en sodium, extrêmement faible en sucre, aucun additif d’aucune sorte, pas de viande sauf du poisson deux fois par semaine, grains entiers, légumineuses, plus 4 portions de produits laitiers et 3 litres d’eau par jour ), je dois cuisiner chaque bouchée qui entre dans ma bouche à partir de zéro. Il y avait donc beaucoup de plats. Comme la plupart d’entre eux. dès que j’ai eu fini, j’ai saccagé mes préparations pour la vaisselle jetable. Je n’étais pas ravi quand j’ai réalisé que je n’avais pas acheté de bols… sur ma liste pour le shopping de samedi.

Je stocke de l’eau depuis que j’ai emménagé dans ma propre maison au pays des ouragans il y a 14 ans. Je n’achète jamais d’eau en bouteille, préférant le prix et le goût de l’eau du robinet. Au lieu de cela, je remplis tous les récipients disponibles qui ont un bouchon à vis qui ne fuit pas lorsqu’il est retourné. Cela inclut des contenants auxquels on ne pense généralement pas pour l’eau potable, c’est-à-dire des cruches à lait, des cruches d’eau de Javel, des contenants de litière pour chat. Oui, je sais que vous ne devriez pas en boire, mais cette eau est inestimable pour le rinçage, le nettoyage, etc. Je les utilise également pour alourdir le paillis de carton dans mon jardin. Mon eau potable est conservée dans des bouteilles de soda de 2 litres. Le plan est de les vider et de les remplir tous les 6 mois, généralement le premier et le dernier jour de la saison des ouragans. Je les vide généralement dans le potager avant de les remplir. Cependant, je suis rarement le plan car la vie me gêne.

La bonne nouvelle est que j’avais commencé à remplir mes cruches pour cette saison des ouragans. La mauvaise nouvelle est que je n’avais commencé à remplir mes cruches que pour la saison des ouragans et que je n’avais qu’à moitié terminé. J’avais aussi vidé le reste. En une journée, j’ai traversé des bouteilles d’eau de javel de 2 gallons (pour laver la vaisselle) et 3 bouteilles de soda de 2 litres (pour boire et cuisiner). C’est une bonne chose que notre bâtiment d’église n’était qu’à 1/2 pâté de maisons et j’avais une clé. L’autre bonne nouvelle est que c’est la saison des pluies, donc je ne pensais pas avoir à arroser mes haricots secs nouvellement plantés. L’autre mauvaise nouvelle est que les barils de pluie fuient et que je n’ai pas réussi à les réparer.

Je ne vide ma baignoire que pour la remplir à nouveau pour mon prochain bain, j’avais donc beaucoup d’eau pour tirer la chasse d’eau. Étant donné que je bois près d’un gallon d’eau par jour, pour une condition médicale, je ne fais que chasser les déchets solides, sinon ils auraient déjà disparu. De plus, j’habite en banlieue et j’ai des voisins qui me laissent utiliser leurs douches les jours de travail. Sinon, je peux gérer un bain à l’éponge les jours intermédiaires. (Beaucoup de pratique à le faire sur les sites de catastrophes.)

Les résultats

La fuite a été localisée lundi. À ce moment-là, j’ai pensé que mon plombier serait disponible mardi, puisque j’avais parlé avec lui vendredi. Mais non, il était réservé jusqu’à jeudi matin. Alors lundi après-midi, j’ai commencé à essayer de trouver un plombier avec une ouverture. Après trois essais, j’en ai trouvé un prêt à venir mardi matin.

J’ai eu beaucoup d’eau dans ma baignoire pour rincer pendant cinq jours.
Je n’avais pas besoin de faire la lessive, car cela se produit généralement le mercredi. Mais, je possède également environ 3 semaines de linge de maison et de vêtements, à l’exception des soutiens-gorge, et ceux-ci peuvent être lavés à la main ou entièrement supprimés, surtout si SHTF.

Deux fois, je me suis douché chez un ami.

J’ai fait la vaisselle trois fois avec un total de 5 gallons d’eau stockés dans des bouteilles d’eau de Javel. Normalement, j’aurais eu besoin de plus d’eau pour cette tâche. Depuis que je cuisine avec de la fonte, je suis la pratique du Sud qui consiste simplement à essuyer les casseroles avec une serviette en papier et je n’ai pas eu besoin de laver mes poêles à frire. J’ai également utilisé des assiettes en carton, des ustensiles en plastique et des gobelets pendant toute la durée.

Je buvais 3 litres d’eau par jour, y compris mon thé. Cela, y compris la consommation d’animaux domestiques, a utilisé 11 bouteilles de soda de 2 litres.

J’ai également utilisé 2 gallons d’eau que j’avais stockés dans des pots à lait, principalement pour la cuisson des pâtes.

J’ai cuisiné à partir de zéro, en utilisant des produits frais tous les jours. Je n’ai pas eu besoin de changer mon alimentation, même de cuire les pâtes deux fois, ce qui est gourmand en eau. En règle générale, puisque je cuisine pour une personne, il y a généralement 2 à 4 jours de restes dans mon réfrigérateur, avec un certain chevauchement. J’ai tendance à faire un nouveau plat de 6 portions presque tous les jours. Cependant, de temps en temps, je finis par les finir tous en une journée et je dois recommencer. C’est arrivé jeudi. J’aurais pu utiliser certains de mes aliments secs, mais j’ai choisi de ne pas le faire, car ils sont principalement destinés aux urgences. Cependant, les aliments séchés ne sont pas très pratiques pour ce type d’urgence, ou même une alerte d’ébullition de l’eau.

Le chien et les chats n’ont jamais remarqué la différence.

J’étais à la maison presque tout le temps. Quand je ne l’étais pas, je mangeais et buvais toujours ce que j’apportais de chez moi, comme je le ferais normalement.

Malgré la saison des pluies, nous avons eu deux jours sans pluie. Je venais de planter des graines. Les 4 derniers rangs sont apparus un peu sporadiquement, mais la plupart ont germé.

Conclusion

J’ai eu assez d’eau stockée pendant environ deux semaines. Peut-être plus si j’étais très prudent, ou si j’avais eu quelques plats préparés congelés pour ne pas avoir besoin d’utiliser mes casseroles ou mes outils de mesure.

Les plats cuisinés auraient signifié que je pouvais passer au micro-ondes et manger dans le récipient, avec peu ou pas de lavage de vaisselle. Cependant, en raison de mon alimentation, j’aurais dû les fabriquer moi-même pour les congeler ou les déshydrater. Je ne possède pas de marmite à pression car je n’aime pas le goût des aliments en conserve. De plus, la plupart de mes recettes ne se prêtent pas à la congélation ou au séchage. Il s’agit de savoir si un repas déshydraté utiliserait plus ou moins d’eau. Je pouvais verser de l’eau bouillante sur la nourriture dans un bol jetable, éliminant ainsi le lavage de la vaisselle. Mais je ne sais pas s’il y aurait des économies substantielles.

Je n’avais aucun moyen d’arroser les graines nouvellement plantées sans les laver. J’aurais dû renoncer à planter le reste après avoir su que je fermais l’eau. Et, je dois réparer les barils de pluie, car j’aurais pu les utiliser avec le tuyau suintant.

Même si j’avais beaucoup d’assiettes jetables, de tasses et la plupart des couverts, j’ai dû acheter des bols jetables. Le magasin discount près de chez moi n’avait que de la mousse, ce qui ne serait pas un bon choix à TEOTWAKI. Je préfère de loin le papier, car il peut se décomposer ou brûler au besoin. Je n’ai pas non plus un très bon approvisionnement en fourchettes jetables. Les couteaux, oui, mais les fourchettes sont plus utilisées. J’ai collé ma fourchette et ma tasse dans le réfrigérateur entre les repas et je ne les ai jetés qu’à la fin de la journée. Les cuillères étaient assez fragiles. J’ai découvert que je devais couper mon cantaloup en morceaux de la taille d’une bouchée après l’avoir coupé du melon.

Je dois développer un moyen d’obtenir de l’eau du canal derrière ma maison. Il y a des moments au cours de l’année où il est trop bas pour être pratique, mais c’est une source pendant une partie du temps.

Sur les sites sinistrés, j’ai appris plusieurs façons de faire la lessive. Je dois être sûr d’avoir les fournitures nécessaires au cas où cela se produirait à un moment plus inopportun ou sans accès à une laverie automatique. De plus, certains vêtements se lavent et sèchent plus facilement que d’autres. Ce serait une bonne idée de posséder quelques ensembles à porter si l’occasion se présente à nouveau. La plupart de ceux que j’ai vus conviendraient à un usage quotidien.

Je devrais probablement investir dans des draps de bain sans eau pour une utilisation à court terme. Bien que je ne pense pas qu’il serait pratique d’en stocker suffisamment si jamais le Schumer Hits The Fan, à long terme.

★★★★★

Équipe survivaliste

Équipe survivaliste

Nous sommes une équipe de survivalistes aguerris et passionnés. Nous vous proposons des articles quotidiens pour pouvoir partager ensemble notre passion du survivalisme, nos tutos et nos meilleurs conseils. Sur ce site, nous parlons d'armes, de défense de son territoire et de sa personne, de nature, de santé, d'autonomie, et de tout ce qu'il vous faut pour apprendre à survivre et "rester en vie".

Articles liés