Catégories
Apprendre et survivre

The Secret Salad Garden – Jardinage intérieur de salades

introduction

Au printemps 2020, il est devenu évident que le coronavirus constituait une menace potentielle pour la sécurité publique. La gravité de la menace n’était pas claire, alors ma femme et moi, étant raisonnablement bien préparées, avons décidé que notre famille «fermerait les écoutilles» jusqu’à ce que nous puissions mieux évaluer la situation. Comme beaucoup de gens, nous avons beaucoup appris. Nous avons appris à quel point nous étions préparés et nous avons appris à quel point nous n'étions pas préparés. Nous n'avions jamais fait une évaluation d'essai de notre capacité à nous adapter à une situation comme celle-ci, c'était donc une opportunité révélatrice d'apprendre et de nous améliorer. L'un des plus grands défis pour nous était de ne plus ramener régulièrement des produits frais à la maison. Ce manque m'a incité à prendre les mesures nécessaires pour apprendre à cultiver des microgreens, les plants immatures d'herbes et de légumes, et j'écris ceci pour partager avec vous ce que j'ai appris.

Si vous fréquentez ce site Web, vous aurez probablement déjà joué mentalement à une variété de scénarios dans lesquels vous pourriez ne pas pouvoir ou ne pas vouloir quitter votre maison. Ou vous pourriez être incapable d'obtenir quoi que ce soit dans les épiceries ou les restaurants. Ou vous devrez peut-être attendre des mois avant de pouvoir démarrer un jardin, puis des mois de plus en attendant la récolte. Mais si vous apprenez les techniques que je décris ci-dessous, vous pourrez continuer à mettre des produits frais sur votre table dans de telles circonstances. Quelques minutes après la récolte, vous pouvez avoir certains des produits les plus frais, les plus attrayants et les plus nutritifs que vous ayez jamais eu. Les saveurs du radis, de la moutarde, du tournesol, de la roquette, du basilic, tout cela et plus peuvent être facilement obtenus avec seulement un peu de préparation et de pratique.

De la graine à la table en aussi peu qu'une semaine, et tout est possible sans mettre les pieds hors de chez vous. Apprendre à cultiver des microgreens à l'intérieur peut être l'une des nombreuses choses les plus simples et les plus agréables que vous faites pour vous et votre famille. L'abondance d'informations sur les microgreens en ligne était décourageante mais, une fois que je les ai réduites à l'essentiel, j'ai été étonnée de voir à quel point c'était simple. Ma première récolte a été un succès incontestable, et peu de choses ont mal tourné depuis que j'ai répété le processus. Et la quantité de produits que nous récoltons pour si peu d'efforts et de dépenses est frappante, d'autant plus que les microgreens sont originaires du domaine de la cuisine de restaurant haut de gamme.

Continuez à lire et à la fin de cet article, vous saurez tout ce que vous devez savoir pour garnir facilement et régulièrement votre table de salades comme celle illustrée à la figure 1.

Contexte
https://survivalblog.com/ "width =" 150 "height =" 84 "srcset =" https://www.resterenvie.com/wp-content/uploads/2020/08/The-Secret-Salad-Garden-Jardinage-interieur-de-salades.jpg 150w, https: / /survivalblog.com/wp-content/uploads/2020/08/Microgreens1-300x169.jpg 300w, https://survivalblog.com/wp-content/uploads/2020/08/Microgreens1-768x432.jpg 768w, https: / /survivalblog.com/wp-content/uploads/2020/08/Microgreens1-1024x576.jpg 1024w, https://survivalblog.com/wp-content/uploads/2020/08/Microgreens1-622x350.jpg 622w, https: / /survivalblog.com/wp-content/uploads/2020/08/Microgreens1-600x338.jpg 600w "tailles =" (largeur maximale: 150px) 100vw, 150px "/>
 
<figcaption class=Figure 1

J'apprécie les vidéos pédagogiques et j'ajoute souvent à une longue liste mentale de projets que j'aimerais essayer. Les microgreens figuraient sur cette liste, et j'en ai dû en parler un peu parce que quelques années avant le coronavirus, ma femme m'avait donné un sac d'une demi-livre de graines de moutarde. Mais je n'ai jamais trouvé le temps de m'y mettre. Puis le coronavirus est arrivé, et il n'y avait pas que du temps, mais aussi nécessité. Nous avons commencé un jardin traditionnel en mars. C'était la bonne période de l'année, mais nos semis ont mal fait, et il est devenu évident que nous ne tirerions pas grand-chose de notre jardin. Nous avions cultivé des légumes avec succès dans le passé, mais jamais à partir de graines, et, avant le coronavirus, avec trop d’autres engagements, le jardinage régulier ne faisait pas partie de notre mode de vie. Nous étions rouillés. Nous avons été confrontés au fait que nous devions réessayer à l'automne. Mais en attendant, nous avons fait des microgreens notre plan B.

La ruée vers le plan B

J'ai traversé une semaine ou deux fébriles à regarder des vidéos, à lire des blogs, à prendre des notes pour déterminer ce dont j'avais besoin. J'ai brouillé pour obtenir des fournitures, ne sachant pas combien de temps ils seraient disponibles. Trente ou quarante livres de graines, des lampes de culture, du terreau, des plateaux, des ventilateurs et plus encore. Puis, seulement après avoir commandé tout le matériel, je suis tombé sur le livre Jardinage de salades en intérieur toute l'année: Comment faire pousser des légumes verts germés dans le sol en moins de 10 jours par Peter Burke. Si seulement j'avais lu le livre de Burke plus tôt, j'aurais réalisé que j'aurais pu me passer des lumières, des ventilateurs et des plateaux. Le livre de Burke montre la technique dans sa simplicité, et je le recommande vivement. La plupart des informations que j'ai rencontrées en ligne ont été conçues pour les producteurs commerciaux à fort volume qui accordent une importance primordiale à la maximisation du rendement. Pourtant, j'ai gardé les lumières et les plateaux et les ventilateurs et je ne les ai pas regrettés.

Parmi les matériaux pour mon projet d’agriculture en intérieur que j’ai pu déballer le plus tôt, il y avait les plateaux de culture et un sac de cinq livres de pois mouchetés, et c’est là que j’ai commencé, et je cultive en intérieur depuis.

Les pois mouchetés

Je suis resté assez fidèle aux instructions de Burke pour cette première récolte, mesurant la quantité appropriée de graines, les rinçant et les trempant pendant environ 8 heures. Le terreau que j'avais commandé, Miracle Grow Potting Mix, n'était pas arrivé, alors j'ai simplement gratté un pot de terre de la cour arrière. J'ai progressivement ajouté de l'eau dans la baignoire et l'ai mélangée au fur et à mesure, selon les instructions de Burke, jusqu'à ce qu'elle soit humide et cohérente, mais loin d'être détrempée, pas ruisselante. Les plateaux que j’avais achetés sont appelés 1020 plateaux (leurs dimensions sont de 10 par 20 pouces) et j’avais opté pour la variété peu profonde (environ 1,25 pouces de profondeur) sans trous de drainage. Le sol humide a été répandu dans le plateau à une profondeur d'environ ¾ de pouce.

https://survivalblog.com/ "width =" 150 "height =" 84 "srcset =" https://www.resterenvie.com/wp-content/uploads/2020/08/1597750587_851_The-Secret-Salad-Garden-Jardinage-interieur-de-salades.jpg 150w, https: / /survivalblog.com/wp-content/uploads/2020/08/Microgreens2-300x169.jpg 300w, https://survivalblog.com/wp-content/uploads/2020/08/Microgreens2-768x432.jpg 768w, https: / /survivalblog.com/wp-content/uploads/2020/08/Microgreens2-1024x576.jpg 1024w, https://survivalblog.com/wp-content/uploads/2020/08/Microgreens2-622x350.jpg 622w, https: / /survivalblog.com/wp-content/uploads/2020/08/Microgreens2-600x338.jpg 600w "tailles =" (largeur maximale: 150px) 100vw, 150px "/>
 
<figcaption class=Figure 2

Après trempage, les pois ont été égouttés et répartis sur le sol de manière raisonnablement uniforme. À ce stade, Burke mouillait du papier journal et le posait sur le dessus du plateau mais, n'ayant pas de journal, je récupérai de vieux torchons en lin que ma femme m'avait donnés pour les utiliser comme chiffons. Je les ai bien mouillés, comme le sol, mais pas trempés, et les étalent sur le plateau semé. Au-dessus de cela, un autre plateau 1020 est passé, celui-ci inversé, puis le tout est allé dans le placard pendant trois ou quatre jours.

https://survivalblog.com/ "width =" 150 "height =" 84 "srcset =" https://www.resterenvie.com/wp-content/uploads/2020/08/1597750587_605_The-Secret-Salad-Garden-Jardinage-interieur-de-salades.jpg 150w, https: / /survivalblog.com/wp-content/uploads/2020/08/Microgreens3-300x169.jpg 300w, https://survivalblog.com/wp-content/uploads/2020/08/Microgreens3-768x432.jpg 768w, https: / /survivalblog.com/wp-content/uploads/2020/08/Microgreens3-1024x576.jpg 1024w, https://survivalblog.com/wp-content/uploads/2020/08/Microgreens3-622x350.jpg 622w, https: / /survivalblog.com/wp-content/uploads/2020/08/Microgreens3-600x338.jpg 600w "tailles =" (largeur maximale: 150px) 100vw, 150px "/>
 
<figcaption class=figure 3

Lors de l'inspection le jour suivant, de nombreuses graines s'étaient déjà ouvertes (voir figure 2). Des appendices pâles et cireux étaient apparents; certains s'enfonçaient tandis que d'autres se tenaient debout. Le lendemain, ceux qui se tenaient debout avaient développé une petite crosse de berger à leurs extrémités où les feuilles entreraient plus tard (voir la figure 3). Cela a duré quelques jours jusqu'à ce qu'ils soient devenus si hauts qu'ils poussaient le plateau 1020 inversé d'eux-mêmes, et c'est à ce moment-là que je les ai sortis et les ai posés sur un banc près d'une fenêtre et leur ai donné leur premier arrosage (voir Figure 4).

https://survivalblog.com/ "width =" 150 "height =" 84 "srcset =" https://www.resterenvie.com/wp-content/uploads/2020/08/1597750587_471_The-Secret-Salad-Garden-Jardinage-interieur-de-salades.jpg 150w, https: / /survivalblog.com/wp-content/uploads/2020/08/Microgreens4-300x169.jpg 300w, https://survivalblog.com/wp-content/uploads/2020/08/Microgreens4-768x432.jpg 768w, https: / /survivalblog.com/wp-content/uploads/2020/08/Microgreens4-1024x576.jpg 1024w, https://survivalblog.com/wp-content/uploads/2020/08/Microgreens4-622x350.jpg 622w, https: / /survivalblog.com/wp-content/uploads/2020/08/Microgreens4-600x338.jpg 600w "tailles =" (largeur maximale: 150px) 100vw, 150px "/>
 
<figcaption class=Graphique 4
https://survivalblog.com/ "width =" 150 "height =" 79 "srcset =" https://www.resterenvie.com/wp-content/uploads/2020/08/1597750587_14_The-Secret-Salad-Garden-Jardinage-interieur-de-salades.jpg 150w, https: / /survivalblog.com/wp-content/uploads/2020/08/Microgreens5-300x158.jpg 300w, https://survivalblog.com/wp-content/uploads/2020/08/Microgreens5-768x406.jpg 768w, https: / /survivalblog.com/wp-content/uploads/2020/08/Microgreens5-1024x541.jpg 1024w, https://survivalblog.com/wp-content/uploads/2020/08/Microgreens5-663x350.jpg 663w, https: / /survivalblog.com/wp-content/uploads/2020/08/Microgreens5-600x317.jpg 600w "tailles =" (largeur maximale: 150px) 100vw, 150px "/>
 
<figcaption class=Figure 5

En quelques heures, une couleur verte lumineuse très subtile a commencé à remplacer la pâleur cireuse, et peu de temps après, les escrocs du berger ont commencé à se courber vers le haut et à déplier leurs feuilles de la même manière qu'un papillon se déplie de sa chrysalide (voir Figure 5). Quelques jours plus tard, nous avons eu des pousses de pois de six pouces de hauteur, et ce plateau de 1020 a nourri notre famille de quatre personnes chacune, une grande salade, les premiers légumes verts frais que nous ayons eu depuis des semaines (voir la figure 6).

https://survivalblog.com/ "width =" 150 "height =" 84 "srcset =" https://www.resterenvie.com/wp-content/uploads/2020/08/1597750587_64_The-Secret-Salad-Garden-Jardinage-interieur-de-salades.jpg 150w, https: / /survivalblog.com/wp-content/uploads/2020/08/Microgreens6-300x169.jpg 300w, https://survivalblog.com/wp-content/uploads/2020/08/Microgreens6-768x432.jpg 768w, https: / /survivalblog.com/wp-content/uploads/2020/08/Microgreens6-1024x576.jpg 1024w, https://survivalblog.com/wp-content/uploads/2020/08/Microgreens6-622x350.jpg 622w, https: / /survivalblog.com/wp-content/uploads/2020/08/Microgreens6-600x338.jpg 600w "tailles =" (largeur maximale: 150px) 100vw, 150px "/>
 
<figcaption class=Graphique 6

J'ai été étonné de la simplicité et du peu d'effort et d'entretien requis. Et quand vous posez quelque chose de frais comme ça à côté de pratiquement tout ce que vous avez dans votre assiette, c'est transformateur. Lorsque les temps sont durs et que le monde est rocailleux, il y a quelques choses très simples dans la vie qui peuvent être profondément réconfortantes, et c'est l'une d'entre elles.

Le processus, étape par étape

Depuis, j'ai cultivé de la roquette, du basilic, de la betterave, du sarrasin, du chou frisé, du chou-rave, des lentilles, du Pak Choy, du radis, de la romaine, un «mélange de salade» et du tournesol. Avec des variations mineures, les étapes suivantes s'appliquent à tous:

  1. Préparation
  2. Germination
  3. coupure électrique
  4. Croissance normale
  5. Récolte

Préparation: Répartir uniformément la terre sèche sur le plateau jusqu'à une profondeur d'environ ¾ de pouce. J'utilise un vieux 20 onces. peut et remplissez-le deux fois pour un seul plateau 1020. J’ai trouvé qu’il était plus facile et moins salissant d’arroser le sol après l’étalement dans le bac. Les graines sont mesurées puis réparties uniformément sur le sol, puis vaporisées avec un vaporisateur. Pas besoin de recouvrir la graine de terre. Ensuite, du papier journal, du tissu ou du plastique sont déposés sur la graine pour retenir l'humidité. Un problème que j'ai eu avec le tissu que j'ai utilisé au départ était que de nombreuses graines germaient et s'y accrochaient. J'ai essayé d'utiliser du plastique découpé dans des sacs poubelles de 13 gallons et cela a presque éliminé le problème.

Un seul sac me donne environ quatre feuilles pour les 1020 plateaux, et je les ai lavées et réutilisées. Un plateau de couverture est ensuite posé sur cette feuille, et le tout est coincé dans une armoire ou un placard sombre. Le plateau de couverture garde les graines dans l'obscurité et aide également à retenir l'humidité. Si vous n'avez nulle part dans l'obscurité pour ranger vos plateaux, le plateau inversé le maintient suffisamment sombre, même si vous constaterez peut-être qu'un peu de lumière pénètre par l'espace et que les plantes se dirigent vers lui.

Germination: Pour la plupart des espèces que j'ai cultivées, la germination se produit en quelques jours. La graine n'a besoin que d'humidité et de chaleur suffisante. Pour les graines plus grosses comme les pois et le tournesol, le pré-trempage réduit le temps de germination.

Coupure électrique: J'ai rencontré ce terme en recherchant le processus en ligne; il s’agit simplement de l’intervalle pendant lequel le plateau est conservé dans l’obscurité. Ceci est fait pour allonger les tiges. La panne d'électricité comprend le temps de germination. Ainsi, par exemple, si vos informations indiquent que la germination pour un type de graine particulier est de deux à trois jours, avec une période d'interdiction de quatre à cinq jours, alors c'est une période de cinq jours au maximum. Une fois que les graines ont germé, j'enlève le tissu ou la feuille de plastique, mais je garde les plantes dans l'obscurité pendant, en général, quelques jours de plus. Tout au long de la germination et de la panne, je pourrais les vérifier une fois par jour au maximum. Le sol est suffisamment humide pour les soutenir tout au long de la phase de panne d'électricité, et la moisissure a rarement été un problème.

Croissance normale: Lorsque les pousses sont restées dans l'obscurité suffisamment longtemps pour devenir raisonnablement hautes (un pouce ou deux), je retirerai le couvercle. Les types les plus vigoureux, comme le radis, le pois ou le tournesol, commenceront à déplacer le couvercle eux-mêmes. Lorsque le couvercle se détache, je leur donne leur premier arrosage, doucement, avec le vaporisateur. J'essaye de leur faire de la place à la fenêtre pour que leur première lumière soit la lumière du soleil; plus tard, ils passeront plus de temps sur le support sous des lampes de culture.

Au cours de cette dernière étape, ils sont arrosés une à deux fois par jour, le matin ou le soir ou les deux, et maintenus à la lumière. Plus les plantes sont grandes, plus elles ont besoin d'eau. Il y a eu quelques fois où j'ai été négligent et j'ai constaté que de nombreux micropousses se sont effondrées, molles, en particulier le long des bords du plateau; la déshydratation du sol fonctionne vers l'intérieur à partir des bords. Vous pouvez compenser ce fait en arrosant davantage le long des bords du plateau que dans son intérieur. Finalement, vous aurez une idée du besoin en eau en fonction du poids de l'essai lorsque vous le récupérerez.

Récolte: Parfois je récolte parce que les plantes ont l'air trop grandes et commencent à tomber, même avec des arrosages réguliers; ils ont dépassé le plateau. Parfois, la décision est une question de goût; les saveurs changent à travers le spectre de développement, les textures aussi. Quand il est temps, je prends une poignée de feuillage et je coupe de près avec des ciseaux de cuisine, en faisant attention que lorsque je les jette dans le bol ou la passoire d'attente, je n'inclus pas les morceaux de terre. Tant qu'il n'y a pas de saleté, le lavage des verts se limite au rinçage.

Il y a toujours des coques de graines attachées; beaucoup rinceront. Ce ne sont que les plus gros, comme le tournesol et le sarrasin, qui sont désagréables. Les plus petits passent la plupart du temps inaperçus, et quand je pense que la cosse de psyllium est vendue comme supplément, je diminue mes efforts pour les éliminer.

(A suivre demain, dans la partie 2.)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *