Catégories
Apprendre et survivre

Regardons-nous les mauvais chiffres?

Alors que la deuxième vague de COVID-19 continue de balayer le pays, elle devient encore plus polarisée politiquement que jamais.

C’est triste pour moi que nous ne puissions pas nous unir sur quelque chose qui n’est vraiment pas une question partisane mais qui nous concerne tous. Notre objectif, nous tous, devrait être de faire ce qui est le mieux pour les habitants de notre comté; et cela inclut à la fois la protection de leur santé et la protection de leur capacité à subvenir à leurs besoins sur le plan financier. Les deux ne s'excluent pas mutuellement.

Mais ce n’est pas ce qui se passe. Ceux de la gauche politique tentent d'utiliser la pandémie pour donner une mauvaise image de Trump et des gouverneurs républicains, en se concentrant sur l'augmentation des cas, alors que nous traversons la deuxième vague. Peu importe que cette deuxième vague ait fait partie du plan depuis le début, car les verrouillages originaux consistaient simplement à aplatir la courbe, dans leur récit, la poussée doit être due à une grave erreur de jugement de la part de leur politique. ennemis.

Ensuite, nous avons la droite politique, dont beaucoup se concentrent sur la façon dont les médias de gauche réagissent de manière excessive et surestiment le danger de la situation actuelle. Malheureusement, ils ne nous servent pas mieux, quand ils disent que nous ne devrions pas avoir à porter de masques. Oui, je comprends leur position selon laquelle le gouvernement porte atteinte à notre liberté, mais en même temps, je dois dire qu’il y a suffisamment de preuves que les masques aident à sauver des vies, qu’il est logique de le faire.

L’argument utilisé est que seulement 1% des gens meurent du COVID-19. Mais que veulent-ils dire par «un pour cent»? S'ils parlent de 1% des gens qui sont d'accord, les chiffres ne concordent pas. Nous avons eu 4 170 000 personnes atteintes de la maladie et 147 342 décès à ce jour. Cela correspond à 3,53% du total des cas aboutissant à la mort.

Mais nous devons nous rendre compte que 3,53% est un faible nombre. Même si personne d'autre ne contracte la maladie, certains des 2 042 559 cas actifs entraîneront la mort. Nous ne savons tout simplement pas combien. Si nous divisons le nombre de personnes décédées par le nombre total de dossiers clos, nous obtenons 6,9%. C’est probablement trop élevé. En fin de compte, le nombre de morts finira probablement par se situer quelque part entre ces deux pourcentages; nous ne savons tout simplement pas où.

D'un autre côté, s'ils parlent d'un pour cent de la population totale décédant du COVID-19, alors nous parlons de 3,31 millions de personnes. Puisque nous n'avons aucune idée du nombre total de personnes qui vont contracter la maladie, ce nombre n'est pas hors du domaine des possibilités. Personnellement, je ne pense pas que cela deviendra si mauvais, mais je ne peux pas écarter cette possibilité.

Qu'en est-il de l'immunité des troupeaux?

Les médecins vantent «l'immunité collective» depuis le début de cette pandémie, certains affirmant que les ordonnances de verrouillage étaient erronées parce qu'elles empêchent la population d'atteindre l'immunité collective. Mais nous ne constatons pas que ces médecins avaient tort. Il n'y a pas d'immunité collective avec COVID.

Le problème, c'est qu'ils ont découvert que les anticorps de la maladie ne restent dans notre système que pendant quelques mois. Théoriquement, cela signifie que les personnes qui attrapent la maladie et guérissent peuvent l'attraper à nouveau après la disparition de ces anticorps. Seraient-ils plus sensibles après le premier combat? Personne ne le sait encore. Nous ne savons pas non plus s'ils auraient un cas plus grave de COVID la deuxième fois. Seul le temps nous dira sur ces deux questions.

Étant donné que l'immunité collective est impossible, cela signifie qu'un vaccin est également impossible. Les vaccins agissent en amenant le système immunitaire de notre corps à créer des anticorps, ce qui fait que si le virus pénètre dans notre système, notre système auto-immun sera prêt à le détruire. Tant que les anticorps sont là, il est facile pour le corps de les reproduire. Créer le bon anticorps en premier lieu est ce qui prend du temps.

Mais si ces anticorps ne durent que quelques mois, l'effet du vaccin ne durera que ces quelques mois. Que vont-ils faire, vacciner tout le monde tous les deux mois, juste pour s'assurer que nous sommes protégés du COVID? Je ne pense pas.

Il semble que tous ces laboratoires médicaux qui travaillent sur un vaccin doivent abandonner ce projet et déployer leurs efforts pour développer un moyen de traiter la maladie. Mais je ne suis pas le responsable, donc ce n’est pas mon appel à passer.

Voici le Kicker

Bien que tout le monde et leur frère soient devenus des experts en COVID-19 au cours des deux derniers mois, nous ne comprenons toujours pas toute l'histoire. Il y a encore une lacune majeure dans nos connaissances car il faut du temps pour étudier une nouvelle maladie. Il y a certaines choses que vous devez attendre pour découvrir. L'une de ces choses concerne les effets à long terme de la maladie.

Je cherche des informations à ce sujet depuis des semaines, mais elles n’existent pas. Certes, nous ne traitons avec COVID que depuis six mois, il n’ya donc pas beaucoup de données à long terme. Mais il y a des gens qui sont censés être «guéris» ainsi que des gens qui ne se sont jamais complètement remis de la maladie. Que se passe-t-il avec eux? À part quelques anecdotes sur les réseaux sociaux, par des personnes qui prétendent souffrir encore de la maladie, il y a très peu d'informations disponibles.

Hier encore, je suis tombé sur des statistiques à long terme sur la maladie. Avant de les partager avec vous, permettez-moi de dire que c'est tellement nouveau, que ce ne sont pas des informations confirmées. J'ai cherché et je ne trouve rien pour le prouver. Mais d’un autre côté, je ne trouve rien qui conteste non plus.

Pour commencer, pour chaque personne qui meurt du COVID-19, il y en a 19 autres qui nécessitent une hospitalisation. C’est un chiffre précis, qui peut être corroboré par les dossiers de l’hôpital. Ainsi, les 147 342 personnes décédées deviennent 2,8 millions d'hospitalisations. Malheureusement, je ne trouve aucune donnée pour étayer cela; car tout le monde déclare les hospitalisations sur une base hebdomadaire, pas un total cumulatif; et je ne peux pas simplement les additionner, car nous ne savons pas depuis combien de temps ces personnes sont restées à l’hôpital.

Utilisons donc ce chiffre de 2,8 millions pour le moment. Soi-disant pour chaque personne qui meurt du COVID-19:

  • 18 personnes devront vivre avec des lésions cardiaques permanentes
  • 10 personnes devront vivre avec des lésions pulmonaires permanentes
  • 3 personnes finiront par avoir des AVC
  • 2 personnes devront vivre avec une faiblesse chronique et une perte de coordination en raison de lésions neurologiques
  • 2 personnes devront vivre avec une perte de fonction cognitive due à des dommages neurologiques

Certes, je suis sûr que ces chiffres sont préliminaires et qu’ils seront modifiés à l’avenir, à mesure que notre communauté médicale obtiendra plus d’informations. Mais nous parlons du potentiel pour tous ces 2,8 millions de personnes devant vivre avec une sorte d’invalidité permanente ou semi-permanente. Et ce nombre ne fera qu’augmenter, car nous sommes loin de la fin de cette pandémie si une fin existe même.

Si nous pensons qu’un pour cent de la population mourra du COVID-19, comme certains le disent, alors nous examinons un total de:

  • 3,311,000 morts
  • 59598000 avec des lésions cardiaques permanentes
  • 33,110,000 avec des lésions pulmonaires permanentes
  • 9,933,000 qui ont des AVC
  • 6 622 000 avec une faiblesse permanente et un manque de coordination
  • 6622000 avec perte permanente de la fonction cognitive

De toute évidence, nous ne pouvons pas nous le permettre en tant que nation. Bien que je sois sûr qu’il y aura un chevauchement considérable, avec des personnes ayant plus d’un de ces symptômes, cela signifie simplement que ceux qui ont des effets à long terme seront dans une situation bien pire. Et avant de dire que ce ne seront que des personnes âgées, je connais des personnes dans la vingtaine qui ont contracté le COVID et qui luttent toujours contre ces types de symptômes à long terme deux à trois mois plus tard.

Quand je dis que nous ne pouvons pas nous le permettre, je parle de la perte de notre main-d’œuvre. Alors qu'un grand pourcentage des personnes qui ont de graves problèmes de COVID-19 et qui meurent sont des personnes âgées ayant des problèmes de santé sous-jacents, de plus en plus de jeunes ont de graves problèmes avec la maladie. Ces jeunes vont-ils devenir handicapés et finir par avoir besoin de l'aide publique toute leur vie?

Alors, quel est le jeu final?

Il y a encore beaucoup de gens qui parlent d '«après» COVID-19. Je pense qu'ils se trompent malheureusement. Je n'aime pas être le pessimiste dans la salle, mais je ne vois pas de «après» de si tôt. Il y aura peut-être quelque part sur la route, mais je ne le vois pas venir cette année ni même la prochaine.

Je pense plutôt qu’il est temps que nous considérions tous sérieusement à quoi ressemblera cette «nouvelle normalité». Peu de gens le réalisent encore, mais nous vivons à une époque de grandes opportunités. Le monde dans lequel nous vivons est en train de changer et ceux qui peuvent réussir à faire face à ce changement et à participer à sa réalisation ont un grand potentiel pour s'imposer.

Prenons l'exemple de nos épiceries. De nombreuses chaînes d'épiceries ont commencé à proposer le ramassage en bordure de rue l'année dernière avant même d'entendre parler d'un nouveau coronavirus. Comme pour tout ce qui est nouveau, certains acceptèrent volontiers cela comme une avance, tandis que beaucoup d'autres rejettent même l'idée d'essayer ce nouveau service. Ils ne voulaient pas payer quelqu'un d'autre pour faire ses courses à leur place. Pourtant, maintenant, lorsque vous allez à l'épicerie, vous voyez des acheteurs personnels partout, qui remplissent les commandes que les clients peuvent récupérer.

Je ne suis pas sûr de ce que font les autres épiceries, mais notre chaîne locale facture 3% pour ce service, plus des frais de 4,99 $ si vous souhaitez le récupérer dans les 24 heures. C'est suffisamment bas pour que la plupart des gens l'ignorent, ce qui signifie que beaucoup de gens continueront à utiliser ce service, une fois que COVID aura disparu.

Ou que diriez-vous de la scolarité? La plupart de nos écoles se sont terminées l'année dernière par un «apprentissage à distance», prouvant peut-être involontairement que tous ces bâtiments scolaires coûteux construits avec l'argent des contribuables ne sont pas nécessaires. Pourquoi envoyer nos enfants à l'école, alors qu'ils peuvent aussi bien apprendre à la maison?

Étonnamment, peu d'entreprises ont vraiment saisi l'opportunité qu'elles ont de réinventer leurs entreprises dans un monde avec COVID, cherchant comment le faire fonctionner. La plupart de ce que nous pouvons appeler «le meilleur» de ce que nous voyons sont des entreprises qui parviennent à «respecter les délais» dans cette situation, mais ce n’est que le meilleur par rapport à toutes les entreprises qui ferment définitivement leurs portes.

Je ne connais que quelques exemples d'entreprises qui tirent le meilleur parti de la situation actuelle, autres que les entreprises en ligne, qui, selon moi, sont en plein essor.

  • Bien sûr, les épiceries et Wal-Mart se portent bien, offrant un service en bordure de rue, comme je l’ai déjà mentionné. Je doute que l’un d’entre eux ait perdu beaucoup d’affaires.
  • Chick-Fil-A a probablement fait de son mieux pour faire fonctionner ses restaurants pendant la pandémie. Ils offrent un service au volant exceptionnel, avec un caissier debout à l'extérieur, prenant votre commande. C’est comme aller chercher votre commande au comptoir, mais vous n’avez pas à quitter votre voiture. Ils ont éliminé le plus gros tracas du service au volant, traitant des systèmes d'interphone médiocres.
  • Voyant cela, un restaurant de fruits de mer local a emboîté le pas, offrant exactement le même type de service au volant. Ils font une entreprise en plein essor, à un moment où d’autres restaurants parviennent à peine à garder les portes ouvertes.
  • Un autre restaurant local ici s'est transformé en théâtre / restaurant avec drive-in, proposant un menu de dîner que vous pouvez commander en ligne, puis vous faire livrer à votre voiture lorsque vous arrivez pour le film. J'essaie d'obtenir une réservation depuis trois mois, mais ils ont eu tellement de succès qu'ils ont été réservés.
  • Un studio de danse qui suit ce que font les écoles publiques et propose des cours de danse en ligne à leurs élèves.

Liste restreinte, n'est-ce pas? Malheureusement, c’est tout ce que j’ai. Voyez pourquoi je dis qu'il existe une telle opportunité? Si c’est tout, parce que la plupart des entreprises attendent que les choses reviennent à la normale, alors trouver une idée viable signifie que vous n’aurez probablement pas beaucoup de concurrence.

Le fait est que, tout comme les gens qui s'habituent au ramassage en bordure de rue à leur épicerie locale, ils s'habitueront à toutes les nouvelles idées commerciales que les gens trouveront. Donc, même si nous parvenons à vaincre COVID et que la vie revient à la vieille normale, ces entreprises feront partie de cette normale. Les gens se seront habitués à la commodité et continueront de l'utiliser.

Étonnamment, il semble qu'aucune des grandes entreprises ne le voit, donc elles n'en profitent pas. Cela laisse l'opportunité aux petits gars; vous et moi. Tout ce dont nous avons besoin, c'est d'une bonne idée et nous pouvons participer à la définition de ce que sera la nouvelle normalité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *