Catégories
Apprendre et survivre

Qui combattra vraiment? Parce que les chances n'étaient pas pertinentes.

Récemment, je me suis demandé qui parmi nous – des Américains – serait vraiment disposé à ramasser leurs fusils ou leurs pistolets et à défendre leurs quartiers, leurs maisons et leurs familles quand il est évident que l’aide, c’est-à-dire le 911, est ne pas va être une option. J'étais récemment dans un grand campement chrétien qui avait un champ de tir avec une longue table et un toit. Il y avait une grande quantité de cuivres au sol et nous passions tous un bon moment à envoyer du plomb vers le bas. Même si j'ai été encouragé de voir le nombre de personnes qui exerçaient leurs droits de deuxième amendement, j'ai été un peu consterné par le manque d'adresse au tir. J'ai apporté une paire de "spinners" qui sont des cibles de pistolet qui tournent quand elles sont touchées. Bien que je ne me considère pas comme un tireur d'élite, il n'y avait qu'une seule autre personne qui pouvait frapper les cibles avec leurs pistolets avec une réelle cohérence. Comme il s'avère que l'autre gars était un militaire en service actif qui était en congé, je suppose que cela figure et je suis heureux de voir que l'armée apprend toujours à ses soldats à tirer. J'ai apprécié le temps, mais en partant, cela m'a amené à penser au nombre de personnes dans notre pays qui seront vraiment capables de se battre ou sont vraiment disposées à se battre si c'est ce à quoi il s'agit, ce qui semble de plus en plus probable.

Dans ma jeunesse, j'ai étudié les arts martiaux pendant environ cinq ans. J'ai commencé à Tae-Kwon-Do, qui, bien qu'utile, était plus orienté vers le sport ou les tournois de karaté. J'ai finalement atterri dans le Kung-Fu qui était principalement axé sur les combats de rue et je pense que beaucoup plus efficace en matière de légitime défense. Ce que j'ai appris en Kung-Fu avec les compétences de combat, c'est un état d'esprit qui est tout aussi précieux que de pouvoir neutraliser un attaquant.

Permettez-moi de vous donner un exemple de ce dont je parle: pendant la Seconde Guerre mondiale, il n'y avait pas de Marine sain d'esprit qui ne respectait pas la capacité de combat d'un soldat japonais; ils étaient probablement les adversaires les plus féroces en uniforme à l'époque. Comparez cela à ce qui est arrivé aux Français lorsque les Allemands ont envahi en 1940. Tout simplement pas assez de combativité ou de volonté pour défendre la patrie.

J'ai entendu un certain nombre de mes confrères croyants en Jésus qui possèdent des armes à feu dire des choses comme: «Il n'y a aucun sens à avoir plus de 300 ou 400 cartouches sous la main, puisque je ne durerai pas aussi longtemps de toute façon». Cela ressemble-t-il à l'esprit combatif des Japonais ou au défaitisme des Français? Je suis très heureux que nos camarades Marines américains, «parmi lesquels mon défunt oncle Ken faisait partie», n’aient pas eu cette attitude.

Faites un peu de lecture sur la bataille de Guadalcanal. Ces hommes avaient le dos au mur mais ne se sont pas rendus, ils étaient en infériorité numérique, en armes et dans une situation désavantageuse, mais ils ont continué à se battre parce qu’ils avaient de bons hommes à la tête et avaient également l’esprit de combat et avec l’aide de Dieu, ils ont finalement remporté la bataille.

Un autre exemple serait les Juifs qui ont combattu les nazis lors du soulèvement du ghetto de Varsovie. Je vous recommande fortement de regarder le film «Uprising», sorti en 2001. Ils n'avaient aucune chance réelle de vaincre l'unité Waffen SS qui venait contre eux, mais ils ont retardé l'armée allemande plus longtemps qu'il ne leur en a fallu pour conquérir l'ensemble. nation de Pologne! En prime, un certain nombre d'entre eux ont survécu pour se battre un autre jour. Pour citer une phrase couramment utilisée, "Voilà ce dont je parle!"

Je vois beaucoup de mes compatriotes américains dans la peur et céder à un état d'esprit qui ne nous aidera pas beaucoup dans le conflit à venir. Si je pouvais ramener un point à la maison, ce serait celui-ci: «Qu'est-ce que c'est que les chances?» Nous avons affaire à une insurrection communiste qui se contentera de rien de moins que nos morts ou qui nous enfermera tous dans des camps de la FEMA où ils nous feront ce qu'ils voudront. Je ne pense pas que les Juifs de Varsovie, en Pologne, pendant l’holocauste nazi de la Seconde Guerre mondiale, aient trop réfléchi aux probabilités, et pourquoi? Parce que les chances n'étaient pas pertinentes.

Je vis avec ma femme dans une ferme en Amérique rurale, si quatre ou cinq hommes armés donnent un coup de pied à la porte au milieu de la nuit, je dirais que les chances sont contre moi, cela n'a pas d'importance. Voyons qui a le plus de détermination, un groupe de voyous qui veulent simplement prendre ce que j'ai ou un homme qui a déjà pris sa décision et qui donnera sa vie pour défendre l'épouse qui est restée à ses côtés pendant 37 ans. années. C’est ce que nous devons tous résoudre! Décidons de décider que nous n'allons pas céder à un groupe de voyous sans loi qui remplaceront notre République constitutionnelle par une anarchie despotique sanglante.

Mon défunt oncle Don était également militaire de carrière et, en tant qu'aumônier, il a pris sa retraite de l'armée américaine en tant que lieutenant-colonel. Il a fait deux tournées au Vietnam et il était le seul aumônier de son régiment à «voler hors des barbelés» comme on dirait. Cela signifie qu'il a volé sur des hélicoptères vers des bases éloignées de la taille d'une entreprise qui étaient régulièrement touchées pour s'occuper des hommes de ces bases. À plus d'une occasion, la base était envahie et il devrait prendre une arme et aider à défendre les hommes de cette base même s'il était considéré comme un non-combattant. Maintenant que c’est un pasteur, j’écouterais aussi! À votre avis, pour qui les hommes avaient-ils le plus de respect, lui ou les aumôniers qui ne s’envolaient pas en danger?

Je me souviens de certains des généraux de la guerre civile qui montaient à cheval devant les troupes pour les rallier quand les choses semblaient sombres. Imaginez rouler devant les lignes de front pendant que l'ennemi vous tire dessus. Cela explique peut-être en partie la bravoure des hommes de ces unités. C'est ce dont nous aurons besoin dans le conflit à venir, d'hommes de détermination, d'hommes de détermination, d'hommes de courage. Des hommes qui inspireront ces qualités aux autres, car je suis convaincu que les chances seront contre nous, ils le sont déjà. Si vous avez besoin de plus d'exemples, ne cherchez pas plus loin que la guerre d'indépendance ou comme certains pourraient appeler la guerre révolutionnaire. Je pense que toute personne raisonnable dirait que les chances étaient très certainement contre les hommes et les dirigeants qui se sont battus contre la tyrannie du roi George. Considérez également que de nombreux fondateurs ont perdu toute leur richesse, ont vu leurs maisons incendiées et ont souffert incroyablement pour la cause de la liberté. Encore une fois, c'étaient des hommes qui ne seraient pas dissuadés de la tâche qui était à accomplir et qui étaient exactement le genre de leadership dont on avait besoin à l'époque et aujourd'hui.

J'ai entendu de nombreuses voix prophétiques au fil des ans nous dire de nous préparer à un conflit majeur aux proportions épiques. Bien que j'aie écouté et fait de mon mieux pour tenir compte de leurs avertissements, j'ai l'impression qu'au stade où nous en sommes, il ne faut pas grand-chose pour voir que tout ce qu'il faudra, c'est un match pour mettre le feu à l'essence à ce stade. Je crois qu'il y a 20 ou 30 ans, il aurait été possible de renverser la vapeur par les urnes et que suffisamment de personnes pieuses disent que ça suffit, je m'inclus dans l'échec de le faire. Je crois que nous en sommes maintenant au point où si nous voulons notre république à l'époque, nous devrons nous battre en tant que nation. Il en est arrivé là! J’encourage les gens à lire la vision de George Washington des trois conflits qui lui ont été montrés. Le dernier est ce que je ne peux décrire que comme la troisième guerre mondiale et une invasion de notre grande République. Même si à un moment donné, il semblait sombre, les défenseurs ont finalement été victorieux. Je pense que c'est quelque chose à encourager.

Bien que je ne puisse pas parler pour les autres, j'aimerais voir mes enfants et mes petits-enfants avoir quelque chose à hériter lorsque mon travail sur cette terre sera terminé. J'aimerais que l'on se souvienne de moi comme de quelqu'un qui a fait tout ce que je pouvais pour préserver la liberté et la liberté quand un conflit a éclaté et que des personnes perverses ont essayé de nous voler toutes nos libertés et notre héritage que Dieu nous a donnés. Je m'efforcerai d'inspirer les autres à relever le défi que nos courageux ancêtres ont entrepris et à ne pas me soustraire à mes responsabilités comme je l'ai fait autrefois dans ma jeunesse. Tous les hommes font des erreurs, mais un homme sage en apprend et fait de son mieux pour ne pas répéter ces erreurs. Enfin, j'encourage tout le monde à acquérir le plus possible dans le domaine de la préparation physique. Pour ceux qui pensent avoir trop de munitions, gardez-les pour ceux qui n'en ont pas.

Surtout, n'oublions pas l'héritage divin que nous a laissé notre créateur bienveillant et cherchons à le préserver pour notre postérité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *