Propagation des arbres par marcottage aérien. Passe une copie génétique à 100 %.

C’est l’été et vous vous retrouvez dans une situation TEOTWAWKI. Vous aimeriez avoir accès à plus d’arbres ou d’arbustes qui produisent de la nourriture. Vous réalisez que les choses ne reviendront pas à la normale de sitôt, alors investir de l’énergie et du temps maintenant semble être une bonne idée pour le gain en calories des fruits frais ou des noix dans quelques années. La propagation par graines est un moyen facile d’obtenir plus d’arbres, mais vous devrez attendre la fin de l’été ou l’automne pour récolter les graines, puis les laisser se stratifier à froid (c’est-à-dire simuler les conditions hivernales en les soumettant à des températures froides) pendant l’hiver. De plus, la plupart des arbres et arbustes ne se reproduiront pas correctement (c’est-à-dire que les graines ne pousseront pas dans le délicieux cultivar de pépinière vivrier dont vous récoltez les graines). Alors, comment pouvez-vous propager un arbre ou un arbuste autrement? Cet article couvre l’une des méthodes les plus simples pour la propagation des arbres ou des arbustes, le marcottage aérien.

Matériel nécessaire (avec les substitutions possibles discutées dans cet article) :
1. Emballage de cuisine transparent ~ 18 pouces
2. Mousse de tourbe ~ 1 poignée
3. Feuille d’aluminium ~ 18 pouces
4. Hormone d’enracinement (~ 0,8% de force IBA)

Remarque : les éléments 1 à 3 de la liste ci-dessus peuvent être facilement remplacés ou improvisés dans un scénario TEOTWAWKI. Les méthodes pour improviser l’hormone d’enracinement ne sont pas faciles. Le marcottage aérien peut être effectué sans hormone d’enracinement avec des taux de réussite beaucoup plus faibles. Cet article explique comment créer votre propre solution d’hormone d’enracinement à l’aide de Salix spp. (c’est-à-dire des arbres du genre saule).

Le marcottage aérien est pratiqué depuis des milliers d’années. Lorsqu’un nœud (terme botanique désignant la partie d’une plante où se forment des feuilles ou des branches) contenant une partie de nombreuses espèces végétales se retrouve basculé dans/sur le sol, des racines se forment. Par exemple, si une branche est pliée au sol et maintenue en place à l’aide d’un rocher, des racines peuvent se former sous le rocher et avec le temps, les racines peuvent supporter de nouvelles pousses et vivre indépendamment de la plante d’origine. Ce processus, qui clone la plante d’origine, est connu sous le nom de marcottage. Les plantes peuvent être superposées à l’aide de l’extrémité d’une branche ou d’une branche médiane. Le marcottage aérien est simplement ce que vous appelez cela lorsque nous amenons artificiellement le sol jusqu’à la plante. D’autres noms communs pour la stratification aérienne incluent la stratification en pot (car un pot spécial avec des trous préfabriqués est utilisé pour maintenir la terre à côté d’une branche) et la stratification chinoise (la méthode aurait été développée par les Chinois). La superposition d’air peut être effectuée de plusieurs manières, qui seront traitées ci-dessous.

Mais d’abord, comprenons pourquoi le marcottage aérien est une bonne idée pour un novice en multiplication végétale et bien adapté à une situation TEOTWAWKI. Notez que plusieurs autres méthodes de propagation des plantes seront brièvement mentionnées, non pas comme guide pratique, mais pour les contraster avec le marcottage aérien.

Pourquoi je préfère le marcottage aérien à la multiplication par graines : Le marcottage aérien peut être effectué au printemps ou au début ou au milieu de l’été, une fenêtre de temps énorme par rapport aux quelques semaines de fenêtre de temps dont vous auriez pour une collecte/préparation optimale des graines. Une fois récoltées et préparées pour l’hivernage, les graines doivent être conservées sans moisissure et protégées des rongeurs et des insectes. La préparation de la plupart des graines nécessite le retrait d’une couche externe de cosse/coquille/chair/etc., la vérification de leur viabilité, puis le stockage. En « temps normal », cela signifie généralement emballé dans du sable ou de la mousse au réfrigérateur jusqu’au printemps. Cela peut être beaucoup de travail selon la graine. J’ai perdu beaucoup de graines à cause de la croissance fongique et de la prédation des rongeurs au fil des ans. Sans accès au treillis métallique 1/4″ de ma quincaillerie locale ou de ma réfrigération, je m’attendrais à une période beaucoup plus difficile pour stocker les graines.

La superposition produit une plante vivante qui peut à la fois se défendre contre les attaques fongiques et est protégée des rongeurs embêtants en étant hors du sol. Ces rongeurs embêtants peuvent encore ronger votre nouvelle plante pendant l’hiver, c’est pourquoi cet article se termine par une courte discussion sur l’arrêt d’une telle prédation. Une fois qu’un marcottage aérien a formé des racines, il vous suffit de le couper et de le planter. Cet article ne va pas entrer dans les détails de la propagation des graines, mais pour certaines plantes, en particulier les noyers qui ne sont pas les meilleurs pour la production de cultures vivrières à court terme (à l’exception du châtaignier qui peut produire une récolte en quelques années) la propagation par graines est plus facile que le marcottage aérien car la plupart des noix sont relativement faciles à garder sans moisissure pendant l’hiver (par exemple, de nombreuses noix n’ont pas un enrobage charnu qui favoriserait autrement la détérioration pendant l’hiver.) Donc, en résumé, les principaux avantages du marcottage aérien par rapport à la propagation des graines sont : une plus grande fenêtre de temps pour effectuer la propagation, moins de travail lorsque l’on considère la collecte/le nettoyage/le stockage des graines, et le marcottage aérien « est vrai ».

Pourquoi je préfère le marcottage aérien au greffage : Le greffage semble facile sur les didacticiels Internet, mais comme la collecte de graines, il a une courte fenêtre de temps pendant laquelle le greffage peut être fait. Cependant, on peut ramasser des greffons (le « sommet » de la greffe où le fruit se formera) après plusieurs gels sévères en automne/hiver et les stocker pendant des mois. L’autre moitié du greffon est appelée porte-greffe (le « fond » de l’articulation du greffon où les racines se formeront). Il existe des techniques de greffage de fin de saison qui peuvent être effectuées au milieu ou à la fin de l’été. Mais pour la plupart, le succès sera meilleur au début du printemps pour le greffage lorsque les bourgeons s’ouvrent. Il existe beaucoup plus de variantes pour le greffage que toute autre méthode de propagation à ma connaissance, avec des techniques spécifiques généralement recommandées pour des genres individuels (espèces de plantes apparentées).

Le greffage nécessite que vous ayez sous la main du matériel de scion et de porte-greffe préparé. Dans les vergers professionnels, le porte-greffe est généralement expédié ou cultivé spécialement sur place ; les deux sont des luxes que vous n’aurez pas. Un scion fraîchement greffé nécessite une humidité élevée, de la chaleur et un environnement stérile. Cela signifie donc que vous devrez probablement construire une sorte de serre miniature pour contenir les scions nouvellement greffés. Oui, certaines personnes réussissent simplement à mettre un sac en plastique sur un pot pour produire un environnement semblable à une serre, mais une telle solution nécessitera une surveillance fréquente (c’est-à-dire plus d’une fois par jour) pour vérifier les niveaux de température et d’humidité appropriés. Sans accès à un espace à lumière/climat contrôlé, vous passerez beaucoup de temps à ajuster la quantité de soleil pour garder vos plantes nouvellement greffées heureuses. Sans entrer trop dans les détails, il existe également des problèmes de compatibilité de taille et de compatibilité espèce/genre entre le bois de porte-greffe et le bois de greffon qui rendent le greffage plus compliqué que le marcottage aérien (en fait, certains livres recommandent le marcottage pour certaines espèces car elles sont difficiles à greffer ).

Ainsi, en résumé, les principaux avantages du marcottage aérien par rapport au greffage comprennent : le marcottage est simplement plus susceptible de réussir pour plus d’espèces que le greffage. Cela dit, le greffage est la méthode préférée de propagation commerciale des arbres fruitiers, car on peut choisir un porte-greffe qui maintient un arbre fruitier à une petite taille physique (pensez à un pommier de 8 pieds contre 30 pieds!) Et est plus résistant aux maladies.

Pourquoi je préfère le marcottage aérien à l’utilisation de boutures : Faire pousser un arbre fruitier ou un arbuste à partir d’une bouture est probablement la méthode la plus difficile. Les boutures nécessiteront une surveillance spéciale plus fréquente que toute autre méthode pour s’assurer qu’elles ne deviennent pas trop humides, froides, sèches ou chaudes. Les boutures nécessiteront l’environnement stérile le plus rigoureux pour éviter la croissance fongique (par exemple, le sol que vous avez traité thermiquement) car la partie blessée de la plante où se forment les racines est en fait dans le sol. Et enfin, les boutures nécessiteront la construction d’une serre spéciale semblable à un environnement semblable à un greffon greffé. S’il est vrai que cet «environnement spécial» peut être simplement un sac en plastique sur un pot, il nécessite toujours une attention constante pour s’assurer qu’il reste à la bonne température et à l’humidité appropriée. Un seul après-midi laissé en plein soleil pourrait tuer des semaines de travail si la température devient trop chaude. Enfin, la stratification à l’air produira un résultat final plus grand qu’une coupe. En d’autres termes, vous êtes potentiellement un an plus près des fruits avec marcottage aérien par rapport à une bouture.

Pourquoi je préfère le marcottage aérien au marcottage en pointe ou le marcottage « régulier » : Le marcottage transmet une copie génétique à 100 % d’une plante à une nouvelle génération et ne nécessite qu’une branche touchant le sol. Alors pourquoi couche d’air quand le sol peut être utilisé ? Certaines plantes (en particulier les arbres) n’ont tout simplement pas de branches assez proches du sol pour se plier dans le sol, ou leurs branches sont trop rigides pour se plier sans se casser. Ce sera vrai pour les arbres candidats probables que vous voudrez propager (par exemple, les cerisiers et les pommiers). Certains arbustes, comme le cassis, auront naturellement des branches basses « courantes » facilitant la superposition directement dans le sol.

Que l’accès au sol soit facile ou non, les méthodes de marcottage aérien par rapport aux méthodes de marcottage au sol présentent plusieurs avantages. Premièrement, le marcottage aérien est largement immunisé contre la prédation par les rongeurs. Dans ma cour de la ville, j’ai perdu plus de plantes à cause des tamias (qui tueront les jeunes pousses tendres en mordant puis en les coupant sans même manger une partie d’une plante) et des lapins (qui mangeront les jeunes pousses tendres d’une branche en couches) que J’ai grandi avec succès. Deuxièmement, avec le marcottage aérien, vous pouvez contrôler la quantité d’humidité sur le site d’enracinement à un degré plus élevé que le marcottage au sol (facile à trop mouiller s’il pleut, alors que le marcottage aérien est protégé de la pluie comme nous le verrons). Enfin, avec le marcottage aérien, le sol peut être stérilisé ce qui inhibe la croissance fongique alors que le sol du sol sera chargé de spores fongiques.

(À suivre demain, dans la partie 2.)

★★★★★

Équipe survivaliste

Équipe survivaliste

Nous sommes une équipe de survivalistes aguerris et passionnés. Nous vous proposons des articles quotidiens pour pouvoir partager ensemble notre passion du survivalisme, nos tutos et nos meilleurs conseils. Sur ce site, nous parlons d'armes, de défense de son territoire et de sa personne, de nature, de santé, d'autonomie, et de tout ce qu'il vous faut pour apprendre à survivre et "rester en vie".

Articles liés