Catégories
Apprendre et survivre

J'ai survécu en courant pour Office, par W.W.

À la lumière de la tourmente politique actuelle et des élections contestées, certains lecteurs pourraient penser à jeter leur chapeau dans le ring pour les élections. Je voudrais partager mon expérience de ma candidature au Congrès américain pour le 4e District de Pennsylvanie en 2012. Comme vous vous en souvenez peut-être, ce fut l'élection générale où Barack Obama a été élu président et le Tea Party était très actif.

J’ai obtenu un baccalauréat en histoire et j’ai toujours été intéressé par le processus politique. Dans les années 1990, j'ai siégé au comité exécutif du Comité d'action politique (PAC) où j'étais employé. Le comité était chargé de distribuer des fonds aux candidats censés être favorables aux entreprises. La société était située dans le Maryland, vous pouvez donc prendre ce dernier commentaire avec un grain de sel. Il s'avère que la majeure partie de l'argent est allée aux titulaires de la persuasion démocrate afin que nos lobbyistes puissent avoir accès auxdits titulaires de charge. Au bout de quelques années, j'ai été renvoyé du comité, sans doute en raison de mon bilan de vote négatif sur l'attribution des fonds.

Avance rapide jusqu'en 2012. En 2001, j’étais passé de la République démocratique populaire du Maryland au Commonwealth de Pennsylvanie. L'actuel membre du Congrès, le républicain Todd Platts, avait annoncé qu'il ne cherchait pas à être réélu. Il cherchait plutôt un poste de juge à la Cour des plaidoyers communs du comté de York en Pennsylvanie. C'est typique des politiciens de carrière. L'élection primaire a présenté six républicains et quatre démocrates cherchant l'investiture dans leurs partis respectifs. Étant relativement nouveau dans la région et n'ayant pas de vrais contacts dans l'arène politique, je savais que la primaire était une perte de temps, alors j'ai jeté mon dévolu sur les élections générales.

Je n'avais aucune illusion de gagner, mais je voulais une opportunité de présenter une alternative à Tweedle-Dee et Tweedle-Dum. Un siège ouvert semblait être la meilleure opportunité. Je suis allé en ligne sur le site Web du gouvernement de Pennsylvanie pour préciser les détails. J'ai découvert que je pouvais me présenter comme candidat tiers en obtenant les signatures de 1 000 électeurs inscrits dans la circonscription. J'ai envoyé les formulaires.

Ainsi, a commencé mon éducation. Le formulaire, à mon avis, est conçu pour semer la confusion chez les non-initiés. Le recto du formulaire est presque entièrement composé de blancs à remplir par le candidat. La partie «C» est intitulée «Comité chargé de pourvoir les postes vacants». Ce comité est composé de 3 à 5 citoyens du district dont le but est de sélectionner quelqu'un pour occuper le poste au cas où le candidat élu ne pourrait pas servir. Maintenant, je suppose que si le candidat gagnant est républicain ou démocrate, il y a des responsables du parti pour sélectionner cette personne. Dans mon cas, après avoir consulté certains de mes amis et voisins, j'ai rempli les espaces avec trois de leurs noms. Nous avons tous bien ri du fait que si je gagnais et que j'étais en quelque sorte incapable de gagner, ils choisiraient un membre du Congrès américain. Plus à ce sujet plus tard.

La section «D» est l'endroit où les électeurs inscrits signent la «déclaration de candidature». Ils signent, impriment leur nom, leur adresse et leur date. La date est le dernier espace à remplir. Elle suit l'adresse plutôt qu'après la signature, de sorte que de nombreux signataires mettent instinctivement leur code postal dans le bloc de date. Je crois que c'est aussi intentionnel et reviendrais me hanter plus tard.

Et donc, j'ai commencé à recueillir des signatures. Après le travail et le soir, je faisais du porte-à-porte pour plaider ma cause. J'ai expliqué que la signature n'était pas une approbation mais permettait simplement que mon nom soit inscrit sur le bulletin de vote. Étonnamment, presque tout le monde a signé. J'ai même demandé à l'un des superviseurs du canton, un républicain convaincu, de signer. Alors que le printemps se tournait vers l'été, j'ai fait quelques calculs et j'ai constaté qu'il serait difficile d'obtenir les 1 000 signatures avant la date limite du 1er août. J'ai donc enrôlé une dizaine d'amis pour m'aider à signer. À la fin du mois de juillet, j'ai rassemblé toutes les feuilles que mes amis avaient reçues et j'ai obtenu 25 signatures supplémentaires sur 1 000 pour l'assurance. Les feuilles ont quarante lignes pour les signatures et toutes les feuilles doivent être notariées. Cela signifie un minimum de 25 feuilles. Heureusement, un ami sympathique qui était notaire a fait le travail gratuitement, ce qui m'a fait économiser quelques centaines de dollars.

Le moment de vérité

Maintenant est venu le moment de vérité: Dépôt. Je suis allé à Harrisburg, la capitale de l'État, et j'ai présenté mes papiers au bureau du Bureau des commissions, des élections et de la législation. Un beau jeune homme a commencé à examiner mes signatures et tout s'est bien passé – au début. Plusieurs pages dans il a commencé à mettre en évidence la section de date sur certaines des lignes. Certains des formulaires qui m'ont été soumis par mes amis avaient un code postal dans l'espace pour la date. Ces signatures ont été refusées car elles n'étaient pas datées. (C’est pourquoi la date apparaît à côté de l’adresse au lieu d’après la signature).

Des mois de travail pour rien! Il était onze heures du matin. Le greffier a dit: «Vous avez jusqu'à 16 heures pour obtenir les 10 signatures.» Heureusement pour moi, mon quartier était juste de l'autre côté de la rivière Susquehanna. Comme c'était une journée de travail et que peu de gens étaient à la maison, j'ai passé les heures suivantes à obtenir 12 signatures supplémentaires. Ma chère épouse était assise dans la voiture pendant que je parcourais la région. Après avoir fait notarié la feuille, je suis retournée au bureau. Le même greffier a vérifié les signatures supplémentaires et après avoir payé mes 150 $ de frais de dépôt, j'étais officiellement candidat au Congrès américain pour le 4e District de Pennsylvanie!

En passant, pendant que j'étais au bureau, j'ai remarqué un autre déclarant qui n'avait pas cette chance. On lui a dit dans la matinée que ses draps n'avaient pas été notariés. Il est donc parti pour y parvenir. Selon les circonstances, il était de retour en même temps que moi lors de mon voyage de retour. Le greffier qui l'aidait (?) L'a informé maintenant qu'il n'avait pas rempli la partie B «Comité pour combler les vacances». Il a demandé s'il pouvait le faire maintenant. Bien sûr, la réponse a été «non» car les feuilles avaient été notariées et ne pouvaient pas être modifiées. Je pourrais imaginer ce qu'il ressentait parce que cela m'est presque arrivé! Cela me rappelle une visite typique au Département des véhicules automobiles.

Ma campagne

Maintenant, ma campagne a officiellement commencé. N'ayant pas beaucoup de coffre de guerre, j'étais gravement désavantagé. Quelques amis ont contribué et j'ai utilisé environ 2 000 $ de mes propres fonds. J'avais l'habitude d'imprimer des signes et de la littérature. Un agriculteur qui loue une partie de mes terres pour faire pousser des cultures m'a permis de placer une pancarte sur certaines de ses terres qui jouxtent l'autoroute. Un ami s'est porté volontaire pour créer un site Web. Étant membre de longue date de la NRA, j'ai appelé leur Institut d'action législative pour obtenir de l'aide. Nan. Ils ont dit qu'ils ne contribueraient ni ne m'approuveraient, mais informeraient les appelants que j'étais un partisan de la NRA. Lorsque mon employeur a découvert que je courais, j'ai pensé que je pourrais obtenir de l'aide de cette direction. Après tout, avoir un employé ou un ancien employé au Congrès serait une bonne chose, non? Nan. Ils m'ont informé que je ne pouvais pas faire de travail de campagne pendant les heures de travail ni utiliser l'ordinateur de l'entreprise dans le même but. Je l'avais déjà pris comme acquis.

Peu à peu, le téléphone s'est mis à sonner et j'ai été interviewé par téléphone par les journaux locaux. J'ai également reçu des offres pour parler dans des chambres de commerce et d'autres organisations. J'ai réalisé que c'était probablement la meilleure façon de faire passer mon message de petit gouvernement, de réduction de la dette et d'élimination du déficit au public. Le point faible de la campagne a probablement été une entrevue avec le journal local à laquelle les quatre candidats ont été invités. Le quatrième candidat étant le libertaire. Le comité de rédaction a passé la meilleure partie de deux heures à nous exposer nos positions sur les enjeux. Ensuite, ils n’ont approuvé aucun candidat suggérant à l’électorat d’écrire au nom du titulaire qui ne se présentait pas. Le plus décevant a été le fait qu'ils ont rejeté ma candidature en disant qu'elle n'était pas viable. Ils n'ont jamais commenté mes positions sur les questions! Après cela, je me suis très méfié des médias.

Jour des élections et nuit des élections

Le jour des élections est arrivé et je suis sorti pour faire mon devoir civique. Cette nuit-là, je me suis assis devant la télévision et j'ai regardé mon nom ramper au bas de l'écran avec les résultats du vote. Au début, j'ai mis en place de bons pourcentages. À la fin, la machine du parti m'a roulé à la vapeur. Le district étant de 3 à 1 républicain, ce candidat a gagné par un glissement de terrain avec 59,7% des voix. Le candidat républicain a dépensé plus de 200 000 dollars pour la campagne contre mes maigres 2 000 dollars. Je me suis retrouvé avec 11 524 voix ou 3,8% du total en battant le candidat libertaire près de 2 contre 1. Donc au moins je ne suis pas arrivé dernier.

Mes points à retenir sur l'ensemble du processus: bien que décevant, c'était assez instructif. Tous mes panneaux de pelouse ont été volés bien que leur nombre par rapport à ceux des candidats traditionnels soit minime. Le traitement par la presse était juste un précurseur de ce qui allait arriver pour les conservateurs en 2016 et 2020. Le processus, à mon avis, favorise le sortant et le système bipartite.

Quelle est la solution? Je ne sais pas, mais j’encourage quiconque est enclin à se porter candidat à le faire. Plus nous en apprenons sur le processus, plus nous pouvons y faire face.

Quand je courais, les gens me demandaient pourquoi je me portais candidat au Congrès américain plutôt qu'à un bureau local. A 60 ans à l'époque, j'ai répondu que je n'avais pas le temps de gravir les échelons. Pour vous, les plus jeunes, je dis: "Allez-y."

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *