Garder le cap en temps de crise

D’une manière ou d’une autre, nous semblons tous penser que nous serons capables de garder notre sang-froid quand tout ira en enfer dans un panier à main. Mais rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité.

La science médicale a prouvé que l’un des effets de la décharge d’adrénaline qui se produit dans le cadre de la réaction de combat ou de fuite est de réduire notre capacité à penser clairement.

L’une des raisons pour lesquelles cela s’appelle « l’instinct de combat ou de fuite » est que laisser la pensée cognitive en dehors de l’équation nous amène au point de réagir en faisant l’un des deux. Lequel dépend en partie des circonstances et en partie de nos propres capacités personnelles. Deux personnes, confrontées aux mêmes conditions, peuvent réagir de manière tout à fait différente, l’une courant et l’autre se battant.

Le test SEAL de 3 secondes vous dira si vous survivrez à une situation SHTF

Mais dans le genre de scénarios que nous nous attendons à rencontrer, en tant que preppers et survivalistes, il est fort probable que ni le combat ni la fuite ne soient la bonne réponse. L’instinct de combat ou de fuite est étroitement associé à l’homme ancien, qui n’avait pas à sa disposition les ressources que nous avons aujourd’hui. Des réactions qui auraient été idéales pour eux ne sont pas souvent les meilleures pour nous aujourd’hui ; à cause des outils dont nous disposons. Néanmoins, laissé sans contrôle, l’instinct de combat ou de fuite pourrait nous amener à ignorer ces outils et à prendre une action résolument plus primitive.

Qu’est-ce que je veux dire par là ? Choisir de fuir le danger, quand on a une moto juste à côté d’eux est un excellent exemple d’une action plus primitive. De même, choisir de se battre contre un agresseur, quand on a une arme attachée à son côté, est une action plus primitive. D’une manière ou d’une autre, nous devons surmonter ces réactions de base qui appartenaient à plus juste titre à nos anciens ancêtres et les remplacer par des réactions plus adaptées à l’époque dans laquelle nous vivons et aux ressources dont nous disposons aujourd’hui.

Aide à la formation

L’une des raisons pour lesquelles l’entraînement est si important est qu’en s’entraînant, nous construisons également une « mémoire musculaire ». Bien que je ne pense pas que les muscles aient une mémoire indépendante, je comprends qu’une action répétée aide le cerveau à apprendre à entreprendre cette action sans réfléchir. Nous le voyons dans d’innombrables actions que nous faisons chaque jour, de lacer nos chaussures à marcher et une foule d’autres choses que nous faisons quotidiennement, sans y penser.

L’entraînement militaire est basé sur le fondement de ce principe. Qu’il s’agisse d’une formation de base ou d’une formation avancée au pilotage, les militaires sont amenés à effectuer les mêmes tâches encore et encore, dans l’idée de les rendre totalement compétents. En temps de combat, ils ne peuvent pas s’arrêter et expliquer comment effectuer certaines tâches ; ils doivent pouvoir le faire aussi facilement qu’en marchant.

L’une des grandes différences entre les troupes d’élite et les autres est qu’elles ont un plus large éventail de tâches qu’elles peuvent accomplir en pilote automatique, sans avoir à y penser. Cela augmente à la fois leurs chances de survie et leur capacité à accomplir la mission.

L’autre chose importante que fait ce genre d’entraînement répétitif est de donner plus de confiance aux troupes entraînées. Cela, à son tour, les aide à ne pas paniquer et à passer en mode combat ou en vol, avec la décharge d’adrénaline associée dans leur circulation sanguine. Ainsi, les personnes bien formées ne savent pas seulement quoi faire, sans avoir à y penser ; mais ils sont aussi plus susceptibles d’être capables de penser pendant cette crise. Leur capacité de réflexion leur permet de trouver plus facilement une solution ou de prendre les mesures nécessaires pour aider leur équipe à survivre.

Cela s’applique directement à nous dans nos propres besoins de survie. Malheureusement, nombreux sont ceux dans notre communauté qui n’ont même pas sorti leur équipement de la boîte, et encore moins l’ont utilisé au point où ils peuvent le faire, sans avoir à y penser consciemment. À moins que vous n’ayez à peu près usé un ensemble d’équipement, en l’utilisant, vous n’avez probablement pas suffisamment fait la tâche pour être compétent. Certes, certains équipements, comme un couteau ou une hache, ne vont pas s’user ; mais d’autres engins seront et devront être remplacés.

Une autre chose que l’utilisation de cet équipement dans la formation fait pour nous est de nous aider à savoir si l’équipement dont nous disposons est suffisant pour la tâche. J’ai changé d’équipement dans mon kit de survie principal à plusieurs reprises, au fil des ans, trouvant parfois que l’équipement que j’avais n’était pas assez bon. J’ai donc trouvé d’autres équipements qui fonctionnent mieux. Une fois que j’ai trouvé cet équipement, je finis par devoir recommencer le processus, apprendre à utiliser efficacement ce nouvel équipement, tout en lui faisant un test approfondi.

Être familier avec l’équipement et les méthodes dont j’aurai besoin dans une situation de survie aide à éliminer ce potentiel de panique et à passer en mode combat ou en vol. Au minimum, je serai confronté à l’utilisation d’équipements et de méthodes qui me sont familiers, plutôt que d’être confronté à une situation que je ne comprends pas.

Exécuter des scénarios d’entraînement

L’une des meilleures choses que vous puissiez faire pour vous et votre famille est d’exécuter des scénarios d’entraînement. Ceux-ci peuvent être des tests de survie à part entière, où vous partez dans les bois avec rien de plus que votre sac d’évacuation, ou ils peuvent être des tests partiels, où vous ne testez qu’un certain ensemble de compétences. J’ai utilisé les deux.

L’un de mes passe-temps habituels était d’aller au tir tactique hebdomadaire du stand de tir local. Malheureusement, mon stand de tir local n’a pas cela. Donc, je ne peux participer que lorsque je vais quelque part où la gamme en a un.

Les tirs tactiques sont des événements compétitifs où les tireurs tirent contre la montre. Les scénarios sont créés par les personnes qui organisent l’événement, simulant une situation de tireur actif dans le monde réel. Les tireurs doivent alors utiliser une combinaison de mouvements et de tirs pour éliminer les cibles, sans toucher aucun passant innocent (indiqué par une cible de couleur différente). Faire cela contre la montre fournit la décharge d’adrénaline qui est nécessaire pour le rendre plus réaliste.

En plus de la décharge d’adrénaline affectant la pensée du tireur, cela affecte également sa motricité fine, faisant de quelqu’un qui pourrait être un bon tireur lors du tir à la cible un imbécile qui n’a jamais tiré avec une arme de sa vie. Mais à cause de cela, cela devient une excellente méthode pour tester vos compétences et voir si vous pouvez vraiment le faire, si vous étiez confronté à ce scénario de survie.

À plus grande échelle, il y a plusieurs choses que nous pouvons faire pour simuler une situation de survie, en nous mettant nous-mêmes et nos familles à l’épreuve pour voir à quel point nous la gérons. Essayez de couper l’alimentation la prochaine fois qu’il y a une grosse tempête ou un blizzard et voyez ce que tout le monde fait. Faites semblant d’avoir une panne dans une tempête, au milieu de nulle part. Sortez dans les bois pendant une semaine, avec rien de plus qu’un kit de survie.

Plus vous en faites, plus il y aura d’éventail de scénarios qui vous sont familiers. C’est une partie importante de vous garder la tête sur vous. Nous sommes beaucoup plus susceptibles d’avoir une réaction de combat ou de fuite à une situation lorsque nous n’y sommes jamais allés auparavant. Mais si c’est le cas, même à l’entraînement, nous nous rabattrons très probablement sur ce que nous avons fait auparavant.

Planification

Toute organisation d’intervention d’urgence, quelle que soit sa taille, a un agent de planification. Cette personne peut également avoir d’autres responsabilités ; mais leur travail principal est d’élaborer des plans écrits qui donnent des instructions détaillées étape par étape sur ce qu’il faut faire dans l’une des nombreuses situations d’urgence.

Il y a deux idées imbriquées en jeu ici. Tout d’abord, il est considérablement plus facile de déterminer quelles actions doivent être entreprises, tout en étant assis à un bureau, avec tout le temps et les ressources nécessaires pour élaborer ce plan. Deuxièmement, le moment venu, avoir un plan d’écriture permet de s’assurer que tout ce qui doit être fait est fait, à un moment où les personnes qui doivent prendre les décisions et faire avancer les choses peuvent ne pas penser très clairement.

Certes, aucun plan ne sera parfait. Il est fort probable que le moment venu, quelque chose dans le plan devra changer. Mais cela ne nie pas la valeur d’avoir ce plan. Au minimum, le plan fournit un point de départ, de sorte que toute personne impliquée sache quoi faire. Des changements peuvent se produire pendant qu’ils sont en train de le faire.

En tant que préparateurs, nous devons avoir des plans écrits pour chaque type de catastrophe auquel nous sommes susceptibles de faire face. Un seul plan de survie global ne suffit pas, car différents types de catastrophes peuvent causer différents types de problèmes. Certains pourraient exiger que nous soyons sur écoute, alors que nous ferions mieux de nous y mettre pendant d’autres.

Dans le cadre de cette planification, nous devons définir spécifiquement les circonstances dans lesquelles nous nous évaderions. Bien que nous puissions finir par changer d’avis le moment venu, l’établissement de ces critères nous donne au moins un point de départ. Encore une fois, ce sera un point de départ qui aura été élaboré lorsque nous aurons eu le temps d’y réfléchir, plutôt que lorsque nous serons au milieu de la situation, avec des choses qui nous arrivent de toutes parts.

Dans la mesure du possible, ces plans doivent être examinés lors d’un essai. Des choses comme combien vous pouvez transporter dans votre véhicule d’évacuation ne peuvent pas vraiment être déterminées sans charger réellement le véhicule. Dans quelle mesure vous pouvez chauffer votre maison avec du bois ne peut être déterminé si vous n’éteignez pas la fournaise et ne l’essayez pas ; et cet essai doit avoir lieu lorsqu’il fait suffisamment froid pour vraiment mettre à l’épreuve votre poêle à bois ou tout autre système de chauffage d’urgence dont vous disposez.

Même si vous n’avez pas votre plan écrit en main face à une situation de survie, vous aurez fait le travail de préparation. Vous ne vous souvenez peut-être pas de chaque petit détail ; mais vous en garderez un souvenir. Cela vous fournira un point de départ logique et quelques étapes logiques à suivre, plutôt que de simplement réagir.

Jouer mentalement à travers des scénarios

Un plan écrit est génial, mais il y a toujours des choses pour lesquelles vous ne pouvez pas faire de plan écrit ou des moments où vous n’auriez pas ce plan avec vous de toute façon. Prenez un tireur entrant dans un restaurant où vous mangez par exemple ; que feriez-vous? Même si vous avez un plan écrit pour ce scénario, chaque restaurant est différent et chaque situation est différente, il y aurait donc encore beaucoup de détails à régler.

J’ai longtemps joué au jeu mental de transformer les situations dans lesquelles je me trouve en scénarios de survie. Qu’il s’agisse de scénarios d’autodéfense ou de survie en cas de catastrophe plus traditionnelle, je commence par où je suis et ce dont j’ai à ma disposition. À partir de là, j’essaie d’élaborer un plan d’action complet.

Une partie très importante de ceci est de répondre aux deux questions interdépendantes de ce que je peux faire avec tout ce que j’ai à ma disposition et ce que je ferai quand je n’ai pas quelque chose de crucial dont j’ai besoin. J’ai trouvé plus d’une nouvelle idée comme celle-ci ; idées qui pourraient m’aider dans un scénario futur.

Une partie de l’idée ici est que lorsque je me retrouverai enfin dans une situation de survie, cela ne me sera pas inconnu. Même si je n’ai peut-être jamais vécu cette situation auparavant, il y a de fortes chances que j’y ai réfléchi à un moment ou à un autre. Non seulement cela m’aidera à savoir quoi faire, mais cela m’aidera à éliminer ce potentiel de panique qui m’empêchera de penser clairement.

Il y a eu littéralement des milliers d’entre eux que j’ai traversés dans mon esprit, en particulier ceux qui sont associés à un tireur actif. Cela me donne une grande longueur d’avance, mentalement parlant, si l’une de ces situations se présente. Même si je n’ai peut-être pas réfléchi à cette situation exacte, à cet endroit précis, il y a de fortes chances que j’aie réfléchi à quelque chose d’assez similaire, que mon esprit puisse l’utiliser. Je ne paniquerai pas, car je suis en terrain connu.

Toutes ces étapes sont importantes, même si elles peuvent sembler être des variantes de la même chose. Chacun joue son propre rôle en familiarisant l’esprit avec une crise, afin que l’esprit ne soit pas confronté à quelque chose de totalement inconnu. Peut-être que cela peut être considéré comme se jouer des tours ; mais ce sont des astuces qui vous aideront à garder la tête froide, quand et si ces situations se présentent.

★★★★★

Équipe survivaliste

Équipe survivaliste

Nous sommes une équipe de survivalistes aguerris et passionnés. Nous vous proposons des articles quotidiens pour pouvoir partager ensemble notre passion du survivalisme, nos tutos et nos meilleurs conseils. Sur ce site, nous parlons d'armes, de défense de son territoire et de sa personne, de nature, de santé, d'autonomie, et de tout ce qu'il vous faut pour apprendre à survivre et "rester en vie".

Articles liés