Conseils pour améliorer votre boisé

Ma femme Deborah et moi prenons plaisir à améliorer la productivité de notre boisé pour notre propre bénéfice et celui de la faune sur notre propriété de 40 acres. Pour y parvenir, nous avons sollicité l’aide de plusieurs employés du Département des forêts pour améliorer notre terrain.

De nombreux départements forestiers d’État offrent des consultations gratuites et des recommandations pour aider les propriétaires fonciers à améliorer leurs zones forestières. Vous trouverez ci-dessous quelques-uns des projets suggérés, dont la plupart peuvent être entrepris de manière indépendante.

Libération des arbres cultivés

La libération d’arbres cultivés (CTR) consiste à couper plusieurs arbres pour permettre à ceux qui restent de recevoir plus de soleil, d’étendre leurs cimes et de produire plus de mâts durs et mous pour la faune. Le résultat idéal est que les arbres restants n’auront aucune concurrence sur plusieurs mètres de tous les côtés.

Pour y parvenir, je recommande généralement de laisser environ 100 à 110 arbres par acre, les arbres étant espacés d’environ 20 pieds sur 20 pieds. L’objectif est d’identifier les meilleurs arbres à conserver en fonction des objectifs du propriétaire foncier, le chêne blanc étant souvent le premier choix en raison de sa productivité élevée pour la faune et le bois commercial.

Bien que le chêne blanc soit répandu dans la moitié est des États-Unis, d’autres membres du genre Quercus, notamment le post-chêne, le chêne chinquapin, le chêne blanc des marais et le chêne de l’Oregon, se trouvent dans tout le pays et sont essentiels à la faune où qu’ils poussent. Lors de la réalisation d’un projet CTR, il est important d’intégrer une grande variété de producteurs de mâts pour assurer un stand productif.

Gagnez votre indépendance alimentaire MAINTENANT

Pour commencer un projet CTR, commencez par marquer les arbres à conserver et ceux à supprimer. Dans notre cas, les employés du Département des forêts ont traversé notre forêt et marqué les arbres à conserver avec deux rubans rouges et les arbres à enlever avec un ruban. Ils ont également réfléchi à la manière dont les arbres voisins tomberaient une fois coupés, pour éviter de retenir un arbre qui pourrait être endommagé par un indésirable à proximité.

En observant le processus de libération des arbres cultivés (CTR), ma femme et moi avons été surpris de découvrir un pommetier indigène américain (Pyrus coronaria) poussant sur notre propriété. En raison de l’empiétement des érables rouges ( Acer rubrum ), des cèdres rouges ( Juniperus virginiana ) et des peupliers jaunes ( Liriodendron tulipifera ), il n’avait pas reçu suffisamment de soleil pour produire des fruits. Cependant, la suppression des arbres sélectionnés au cours du processus CTR changera cela.

Les deux forestiers ont marqué des chênes écarlates (Q. coccinea) et quelques chênes blancs à enlever. Les chênes écarlates ont une durée de vie plus courte que les autres espèces de chênes rouges et sont plus sensibles aux maladies. Un chêne écarlate a été abattu alors qu’il était en bonne santé, car il était situé entre deux chênes blancs robustes qui vont maintenant prospérer. Même les chênes blancs en bonne santé doivent être éliminés s’ils sont en concurrence avec des arbres voisins ou s’ils sont malformés.

Au cours du processus CTR, nous avons appris à prioriser la santé et la diversité des arbres. Un robinier noir (Robinia pseudoacacia), que nous avions l’intention d’utiliser comme bois de chauffage, a été conservé car c’est un excellent pollinisateur, un fixateur d’azote et un enrichissant du sol. Nous avons été encouragés à sauver d’autres grands pollinisateurs, tels que le cerisier noir (Prunus serotina) et le bois sour (Oxydendrum arboreum), lors de futurs projets CTR.

Plusieurs petits cornouillers (Cornus florida) ont également été laissés en place car ils conviennent mieux comme arbres de sous-étage et fournissent de la nourriture à la faune. D’autres arbres que nous avons laissés en place comprenaient un chêne écarlate, une gomme noire (Nyssa sylvatica), un caryer moqueur (Carya tomentosa) et un post-chêne.

Les arbres qui ont été abattus comprenaient des cèdres rouges, des érables rouges, des frênes verts (Fraxinus pennsylvanica) et des frênes blancs (F. americana), car les cendres sont détruites par l’infestation par l’agrile du frêne. En plus des espèces de chênes blancs, un boisé diversifié devrait inclure des espèces de chênes rouges telles que le chêne rouge du Nord (Q. rubra), le chêne des pins (Q. palustris), le chêne noir (Q. velutina) et le chêne noir (Q. marilandica) pour assurer un approvisionnement précieux en mât dur en cas de mauvaise récolte de chêne blanc.

Coupe de charnière

La coupe charnière est une méthode qui offre des avantages significatifs à la faune, et bien que le CTR soit essentiel pour l’amélioration de l’habitat, ce n’est pas le seul projet qui peut être réalisé. La coupe à charnière favorise la croissance de la couverture du sol et crée plus de nourriture pour la faune.

Pour commencer, sélectionnez un arbre avec un diamètre à la taille compris entre 3 et 8 pouces. Bien que les érables rouges soient le choix préféré pour la coupe à charnière, les bourgeons rouges et les cèdres rouges peuvent également être utilisés. Les cèdres rouges peuvent fournir une excellente couverture du sol car ce sont des conifères touffus.

Cependant, les forestiers recommandent les érables rouges à coupe charnière, car ils peuvent devenir les arbres dominants d’un boisé et avoir une valeur commerciale moindre. Néanmoins, leurs feuilles sont un aliment préféré des cerfs, de sorte que les érables à charnière peuvent maximiser leurs avantages. Une fois que les arbres ont été coupés à la charnière, ils fournissent un couvre-sol précieux pour les petits mammifères et les oiseaux chanteurs.

Pour couper un arbre en charnière, coupez-le à environ 75% du chemin, de sorte que la partie partiellement coupée reste attachée à la base tandis que l’arbre peut être plié parallèlement au sol. Cela permet à la partie parallèle de continuer à recevoir des nutriments, tandis que la faune peut se nourrir des feuilles ou des graines de l’arbre et trouver un abri parmi ses branches.

Il est recommandé d’utiliser une scie à main pour couper les charnières, car cela doit être fait lentement pour éviter de couper trop ou trop profondément et de tuer l’arbre. Les arbres qui poussent le long des bordures des parcelles alimentaires, sur les bordures des champs, le long des chemins forestiers ensemencés et toute zone sans couverture de sol conviennent tous à la coupe à charnière.

Coupes nettes

Les forestiers recommandent de petites coupes à blanc comme un autre projet pour améliorer les boisés sur les terres privées. La coupe à blanc consiste à abattre tous les arbres d’une zone spécifique en même temps.

Il y a quelques années, j’ai organisé trois coupes à blanc allant de 1 à 5 acres à faire à l’arrière de notre propriété, ce qui a ajouté non seulement de la diversité, mais aussi un moyen de gérer plusieurs espèces d’arbres pour la faune.

Leur évaluation était exacte car nous avons maintenant divers jeunes oiseaux forestiers comme les chats à poitrine jaune, les viréos aux yeux blancs et les moqueurs bruns. Au début du printemps, les bécasses qui migrent visitent également nos terres. Les buissons de mûres, de framboises et de baies sauvages nouvellement cultivés dans les zones de coupe à blanc fournissent un mât mou important pour la faune et une gâterie savoureuse pour nous sous la forme de tartes aux baies et de cordonniers.

En fait, j’ai découvert des nids de dindons sauvages dans nos fourrés de baies. J’ai également créé plusieurs autres petites coupes à blanc sur notre propriété. Je choisis simplement une zone de 15 par 15 verges et j’élimine tous les arbres à l’exception de quelques producteurs de mâts. Les enchevêtrements de croissance explosive qui en résultent deviennent un refuge pour la faune en un an ou deux.

Encercler

L’annélation est une méthode pour tuer lentement les grands arbres sans risquer d’endommager les arbres voisins. Ce processus consiste à créer des coupes horizontales parallèles distantes de plusieurs pouces qui pénètrent profondément dans la couche de cambium. En coupant la connexion du phloème responsable du transport des nutriments de la couronne aux racines, l’arbre est privé de produits photosynthétiques, entraînant une décomposition progressive des racines et, finalement, la mort.

Bien que l’arbre puisse sembler vivant pendant plusieurs années après l’annélation, il finira par mourir. L’un des avantages de l’annélation est qu’elle fournit des habitats de nidification pour les nids dans les cavités, tels que les pics, les canards branchus, les merles bleus et les mésanges touffues, et attire les insectes, dont les oiseaux chanteurs se nourrissent. Cependant, l’annélation doit être évitée pour les arbres comme les frênes et les peupliers jaunes, car ils peuvent développer des cimes cassantes lorsqu’ils commencent à mourir, ce qui les rend dangereux à abattre.

Hack et gicler

La technique hack-and-squirt est un outil utile pour les propriétaires fonciers, servant à la fois de moyen de créer des sites de tanière et de moyen d’éliminer les arbres qui peuvent constituer un danger pour les autres. Pour mener à bien ce projet, vous aurez besoin d’une hachette, d’une machette, d’un tomahawk ou d’une hache pour faire une série de coupes circulaires dans le tronc au niveau de la poitrine, en vous assurant de couper suffisamment profondément pour pénétrer dans la couche de cambium et créer une incision en forme de coupe. . Après cela, injectez un herbicide dans l’incision, et vous pouvez également ajouter un surfactant qui peut améliorer l’efficacité du traitement hack-and-squirt.

Lors d’une visite sur nos terres, les forestiers ont rapidement identifié deux arbres idéaux pour la méthode hack-and-squirt. L’un était un grand érable rouge qui faisait de l’ombre à plusieurs jeunes chênes blancs et à un noyer roux, et l’abattre aurait probablement endommagé l’un de ces producteurs à mât dur.

L’autre était un grand pin de Virginie qui dominait quelques jeunes chênes poussant à proximité. Avec le temps, l’érable rouge et le pin de Virginie deviendront des aires d’alimentation pour de nombreuses espèces de pics et des sites de nidification potentiels pour les oiseaux chanteurs qui ont besoin de cavités pour pondre leurs œufs. De plus, la technique du hack-and-squirt a ouvert la voie à une demi-douzaine de producteurs de mâts durs sans les abîmer.

Se débarrasser des espèces envahissantes

L’élimination des espèces envahissantes est l’un des défis majeurs auxquels sont confrontés les propriétaires ruraux. Certaines des plantes envahissantes les plus difficiles à contrôler comprennent la rose multiflore (Rosa multiflora), l’olivier d’automne (Elaeagnus umbellata), le lierre anglais (Hedera helix), le chèvrefeuille japonais (Lonicera japonica), l’épine-vinette japonaise (Berberis thunbergii), l’aigre-doux asiatique (Celastrus orbiculatus ), le troène commun (Ligustrum vulgare) et l’Ailanthus altissima (également connu sous le nom d' »arbre paradisiaque » ou « arbre du ciel »).

Alors que j’ai réussi à éliminer Ailanthus et le lierre anglais sur ma propriété, j’ai mentionné aux forestiers que j’avais du mal à contrôler la rose multiflore à épines acérées et que j’arrivais à peine à tenir bon contre l’olive d’automne qui se répand rapidement et la douce-amère asiatique nouvellement apparue. Ma méthode de gestion actuelle consiste à «couper et gicler» – couper la plante proprement au niveau du sol, puis appliquer un herbicide à la base.

Les forestiers ont suggéré une approche alternative à la technique standard de coupe et d’injection. Par exemple, pour traiter la rose multiflore, utilisez une scie à main pour faire des coupes grossières au lieu de coupes lisses, car cela crée plus de surface pour que l’herbicide soit absorbé. Il est également important d’identifier la tige dominante car elle transmettra l’herbicide à toute la plante, en particulier aux racines. Cette méthode a réussi à contrôler les plantes envahissantes rustiques.

Final

La gestion d’un boisé est une responsabilité permanente qui exige des efforts constants et une attention aux détails. Cependant, les avantages de la création d’une forêt saine et d’un meilleur habitat faunique sont importants et peuvent faire en sorte que le temps et les efforts investis dans la gestion des boisés en valent la peine. En mettant en œuvre quelques stratégies clés, vous pourrez mieux prendre soin de votre boisé et en faire un atout plus précieux pour vos besoins et ceux de la faune qui en dépend.

Dans l’ensemble, la gestion d’un boisé est une entreprise difficile, mais enrichissante. En prenant des mesures pour maintenir une bonne densité d’arbres, contrôler les espèces envahissantes et créer et maintenir un habitat faunique, vous pouvez contribuer à assurer la santé et la productivité de votre boisé pour les années à venir.

Que vous cherchiez à générer des revenus à partir de votre boisé, à offrir des possibilités de loisirs pour vous-même et les autres, ou simplement à profiter de la beauté naturelle de votre forêt, la gestion efficace du boisé est un élément crucial pour atteindre vos objectifs.

★★★★★

Équipe survivaliste

Équipe survivaliste

Nous sommes une équipe de survivalistes aguerris et passionnés. Nous vous proposons des articles quotidiens pour pouvoir partager ensemble notre passion du survivalisme, nos tutos et nos meilleurs conseils. Sur ce site, nous parlons d'armes, de défense de son territoire et de sa personne, de nature, de santé, d'autonomie, et de tout ce qu'il vous faut pour apprendre à survivre et "rester en vie".

Articles liés