Catégories
Apprendre et survivre

Comment vivre dans un monde violent + comment y survivre

Cela fait plus d'un mois que George Floyd a été tué dans ce qui, selon tous les témoignages, ressemble à un cas injustifié de brutalité policière.

Pourtant, la violence n'a pas diminué. Les manifestations de Black Lives Matter se poursuivent et certaines d'entre elles deviennent toujours violentes. Certes, il y a eu d'autres morts depuis la mort de Floyd, qui ont contribué à attiser les flammes; mais tout comme les manifestations de Ferguson, après la mort de Michael Brown, cela ne semble pas disparaître de si tôt.

BPHcover1

Je pense qu'il est important de noter que la violence que nous voyons ne vient pas des manifestants légitimes. Il semble assez clair qu'il y a eu des agitateurs intentionnellement intégrés aux manifestants, dans le but de tourner les choses dans le pire. Il y a eu des rumeurs et des rapports selon lesquels des gens seraient payés pour être des agitateurs professionnels, embauchés par des organisations liées à nul autre que George Soros, le milliardaire qui a juré de faire tomber les États-Unis.

Cela ne veut pas dire que ces agitateurs rémunérés sont les seuls coupables des émeutes. Ils sont entraînés à faire monter la foule, à déclencher le pillage et la destruction, puis à fuir avant de se faire prendre. Alors, si ce sont eux qui sont les plus coupables, ce sont rarement eux qui sont pris.

Selon la psychologie de la mentalité de la foule, il y a quelque chose qui arrive aux gens dans ce type d'environnement, leur faisant perdre leur individualité et remplacer leur identité par celle de la foule. Lorsque cela se produit, ils font ce que fait la foule, même si cela va à l'encontre de leur inclinaison normale. Ainsi, de nombreux pillards sont des délinquants primaires, qui n'ont jamais été arrêtés pour un crime auparavant.

Cliquez ici pour obtenir votre guide d'une défense de survie en couches!

De même, une fois que la violence et la destruction commenceront, les gens s'en empareront et se joindront à eux, même s'ils n'avaient aucune intention de participer à cette violence. Une partie de cela est une peur de ne pas s'intégrer et d'être pointée du doigt par la foule et une partie de celle-ci est une colère profondément enracinée qui a été enfouie dans le cœur de l'individu. Il n'a même pas besoin d'être en colère pour tout ce qui concerne la protestation. La colère qui les entoure est contagieuse, déclenchant leur colère à agir.

Est-ce la révolution ou non?

Il se passe beaucoup de choses dans notre nation aujourd'hui, qui sont de nature révolutionnaire. Démolir des statues, renommer des monuments, détruire l'histoire et briser les valeurs traditionnelles sont tous communs aux révolutions. La question est de savoir si c'est ou non le début d'une révolution ou si c'est autre chose.

Tout comme il y a une différence entre les manifestants et les émeutiers, il y a aussi une différence entre «les vies noires comptent» et «Black Lives Matter». Le premier, sans majuscules, est un cri d’angoisse, provenant de la bouche de personnes qui sentent que leur voix n’est pas entendue et que leur vie est interrompue par la brutalité policière. Bien que cela puisse ressembler à une déclaration d'exclusion pour ceux d'entre nous qui l'entendent crier de colère, ce n'est pas le cas. Le «seulement» implicite que nous entendons au début de la déclaration n’est pas là. Il y a plutôt un «trop» implicite à la fin de cette déclaration, que nous n'entendons pas.

Pour cette raison, nous répondons à «la vie noire compte» par «toute vie compte». Les voix qui pleurent d’angoisse ne soutiennent pas cela, même si elles ne le disent pas bien. En fait, ils demandent simplement que le reste d'entre nous reconnaisse qu'ils comptent. Les deux cas mentionnés ci-dessus, ceux de George Floyd et Michael Brown, ainsi que le cas de Trayvon Martin leur ont fait sentir que la vie des Noirs n'avait pas d'importance.

L'Organisation BLM

Mais comme je l'ai dit, «les vies noires comptent» n'est pas la même chose que «Black Lives Matter». Le premier, comme je l'ai mentionné, est un cri d'angoisse; le second est le nom d'une organisation. Cette organisation et ses convictions ne sont pas les mêmes que la plupart des personnes qui se présentent aux manifestations. Jetez un oeil à leur déclaration de croyances parfois, c'est une véritable révélation; quelque chose à craindre.

Si l'organisation réussit, nous pourrions très bien voir une révolution. Des rumeurs ont circulé selon lesquelles les fondateurs de l'organisation sont des marxistes de formation. Si cette petite information est vraie, alors ils pourraient très bien collaborer avec l'élément violent qui transforme les manifestations en émeutes, tout en cachant cela à la majeure partie des manifestants.

Certaines des choses contenues dans leur énoncé de mission soutiennent ces rumeurs, en particulier qu'ils veulent détruire la pratique patriarcale et la famille nucléaire. Selon de nombreuses preuves statistiques, les enfants de familles monoparentales sont cinq fois plus susceptibles de se retrouver en prison, cinq fois plus susceptibles de se suicider, neuf fois plus susceptibles d'abandonner l'école et 10 fois plus susceptibles de devenir accro à la drogue. Comment une organisation qui soutient un groupe de personnes peut-elle également soutenir des actions qui finiront par les détruire?

ANTIFA

Ensuite, il y a ANTIFA, les prétendus antifascistes qui agissent comme des fascistes. Ils sont un peu plus difficiles à cerner que Black Lives Matter, car ils sont une organisation très décentralisée. C’est intéressant en soi car c’est une tactique de longue date des révolutionnaires et des terroristes. La mise en place d'une organisation cellulaire, sans leadership central que n'importe qui peut désigner, rend le groupe beaucoup plus difficile à combattre et à détruire.

Les idées qu'ANTIFA adopte sont l'anarchisme, l'anti-autoritarisme, l'anticapitalisme, l'autonomisme, le communisme et le socialisme, selon la page Wikipedia à leur sujet. Cela les met clairement en contradiction avec le gouvernement américain, ainsi qu'avec les principes sur lesquels cette nation a été fondée.

ANTIFA est en fait le groupe qui a fomenté la plupart des violences que nous avons vues lors des manifestations. Depuis qu'ils ont levé la tête laide, soi-disant en tant que spin-off du mouvement BLM, ils ont été impliqués dans une chaîne de violence constante, des émeutes aux actes contre des individus, dont beaucoup étaient juste au mauvais endroit au mauvais moment.

La chose triste et drôle à ce sujet est que l'ANTIFA est en fait une organisation fasciste, exigeant la conformité. Alors que l'ANTIFA et la gauche politique, en général, ont attribué le fascisme à la droite politique, c'est toujours la gauche qui a poussé les politiques fascistes, plutôt que la droite. La gauche est le côté qui exige la conformité, en particulier dans les idées et la parole, même si le libéralisme classique (qui est nettement différent du progressisme) soutient fortement l'idée de la liberté d'expression.

La décision de démanteler la police

Tout cela nous amène à la décision actuelle de financer la police, ce qui est né des récentes manifestations. Il semble que cela provienne du mouvement Black Lives Matter, mais est-ce vraiment le cas? Se pourrait-il que ce mouvement provienne en fait de la partie marxiste de l'organisation BLM, plutôt que de l'organisation elle-même? L'ANTIFA pourrait-il réellement être ceux qui le poussent, plutôt que BLM? Après tout, l'ANTIFA est censé être les anarchistes, pas BLM. Ou pourrait-il y avoir plus de lien entre les deux organisations que je ne le vois?

Une chose est claire; la suppression de la police est un élément clé de l'anarchie. Nous l'avons déjà vu à Seattle. Le maire de la ville a accompagné CHAZ, ordonnant aux policiers d'abandonner leur poste. L'anarchie s'ensuivit instantanément et un chef de guerre se leva pour prendre le contrôle. Ce n'est qu'après le deuxième meurtre et le quatrième coup de feu à CHAZ, alors renommé CHOP, que le maire a ordonné à la police de rentrer.

La nature a horreur du vide et quiconque pense que nous pouvons retirer l'autorité de nos vies, sans qu'une autre autorité ne prenne le relais, est un peu déconnecté de la réalité. Le gros problème est que l'autorité qui risque de s'élever en l'absence d'autorité civile n'est en aucun cas une autorité bienveillante.

Bien que tous ceux qui appellent au financement de la police ne disent pas la dissolution de la police, il y en a suffisamment qui doivent être préoccupants. Le conseil municipal de Minneapolis a déjà voté la dissolution de la police, cherchant des moyens de les remplacer par des travailleurs sociaux et d'autres services. Dans la même veine, la ville de Los Angeles a voté pour réduire le budget de la police de 150 millions de dollars.

Le démantèlement de la police blessera très probablement les personnes qu'elle est censée aider, réduisant le soutien communautaire dans les quartiers pauvres de la ville, les mêmes types de régions d'où viennent les Michael Brown du monde. La violence va augmenter et les gens s'y préparent déjà.

Les conséquences se produisent déjà

Les cris pour défaire la police ne sont peut-être pas entendus dans les couloirs du pouvoir, mais ils sont entendus dans les rues et les maisons. Juin a battu tous les records de ventes d'armes à feu, avec près de quatre millions de vérifications d'antécédents pour l'achat d'armes à feu. Bon nombre de ces vérifications des antécédents ont été effectuées pour les acheteurs d’armes à feu pour la première fois, dont certains ont déclaré qu’ils étaient auparavant anti-armes à feu, mais ont décidé d’acheter des armes à feu parce qu’ils estimaient qu’ils n’étaient pas en sécurité et qu’ils devaient se protéger.

Bien que j'applaudisse la décision de ces personnes de prendre en main leur protection personnelle, cela me dérange également. D'après les informations que j'entends, peu de ces personnes savent comment manipuler une arme à feu en toute sécurité, et encore moins comment tirer avec suffisamment de précision pour se défendre afin de ne pas mettre en danger des passants innocents.

Pourtant, nous vivons à une époque où il est clair que nous devons être prêts à nous défendre. Selon le dernier décompte que j'ai vu, 17 personnes sont décédées des récentes émeutes. Je ne sais pas combien ont été hospitalisés. Mais il est clair que tant que les manifestations se transformeront en émeutes, nous aurons des personnes dont la vie est en danger, généralement des passants innocents.

Nous le voyons dans le cas du couple de St. Louis, Missouri, qui se tenait devant leur maison, armé, pour le protéger d'un groupe de plusieurs centaines de manifestants qui ont brisé la porte de leur communauté privée afin de protester contre la maison du maire.

Selon leur propre témoignage, ce couple, surnommé «Ken et Karen» par les médias, avait peur que leur maison ne soit brûlée et qu'ils soient tués. Ils ont estimé qu'ils devaient défendre leur vie contre cette foule de manifestants. Selon la loi, leurs actions étaient en état de légitime défense et donc parfaitement bien, même si je suis personnellement en désaccord avec la femme pointant son pistolet sur la foule avec son doigt à l'intérieur du pontet. Cela aurait pu devenir désastreux.

La réalité est que cette situation aurait facilement pu devenir mortelle pour ce couple. D'après ce que j'ai pu voir sur les photos et ce que j'ai lu dans les comptes, il y avait un certain nombre de manifestants qui étaient en colère contre eux pour avoir gardé leur maison. Au moins un des manifestants était armé, comme l'indique celui-ci ayant chargé des chargeurs à la main. Les chances sont; d'autres étaient également armés.

C'est la nation dans laquelle nous vivons aujourd'hui. Aucun de nous ne sait quand la violence pourrait éclater autour de nous, et au milieu de cela, il y a ceux qui veulent nous retirer les droits du deuxième amendement, tout en dissolvant ou au moins en finançant les organisations qui sont censées nous protéger. Il ne peut y avoir que deux motivations possibles à cela: détruire la nation ou la contrôler. Ni l'un ni l'autre ne fonctionnera bien pour nous, les citoyens de ce grand pays.

Je doute que la violence va bientôt se terminer. Espérons que cela ne dégénérera pas plus qu’aujourd’hui, mais il n’y a aucune garantie. Les choses pourraient finir par empirer avant de s'améliorer. Tant qu'il y aura ceux qui attisent les flammes, le feu ne s'éteindra pas.

Ajoutez le financement de la police à cela, et vous avez une situation très dangereuse. Celui dans lequel les crimes violents peuvent se produire rapidement dans certaines de nos villes. À ce stade, il n'y a aucun moyen de dire comment cela se passera. Tout ce que nous pouvons faire, c'est nous assurer que nous sommes prêts pour tout ce qui se passe. Cela signifie être prêt à défendre son domicile et sa famille.

Si vous n'êtes pas déjà armé, vous devriez l'être. Si vous n'avez pas assez de munitions, achetez-en plus. Mais plus que tout, passez suffisamment de temps dans votre champ de tir local pour devenir compétent. Une fois que vous avez fait cela, obtenez une formation tactique, afin de savoir comment vous déplacer, comment agir et comment réagir aux mouvements et aux actions de ceux qui pourraient vous attaquer.

Il y a beaucoup plus à utiliser une arme à feu pour se défendre que de simplement la prendre et tirer. Savoir quoi faire et comment le faire est beaucoup plus difficile à apprendre qu'à apprendre à tirer. Mais cela n'a aucun sens de l'apprendre tant que vous ne pouvez pas tirer et bien tirer.

L'autre chose que vous devez faire est de décider si vous pouvez vraiment tirer dans une telle situation. C'est surtout un exercice mental, mais c'est un exercice que vous devez traverser. Si vous ne savez pas que vous pouvez appuyer sur la gâchette pour défendre votre famille, alors vous ne voulez pas être armé. Les armes à feu ne sont pas des choses pour menacer les gens, mais pour les intimider. Essayer de le faire est un bon moyen de vous faire retirer votre arme et de l'utiliser contre vous. Ce n'est certainement pas ce que vous voulez.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *