Comment tirer avec un fusil avec une lunette : soulagement des yeux, positionnement, routines

Vous avez votre nouveau fusil avec une nouvelle lunette tout montée. Vous êtes prêt à partir à la chasse, n’est-ce pas ? Pas assez. Avant d’aller sur le terrain avec ce nouveau fusil, vous devez comprendre et pratiquer certaines choses. Tirer avec un fusil avec une lunette est un peu différent de l’utilisation de viseurs en fer. Vous devez comprendre comment tirer avec votre nouveau fusil à lunette.

À bien des égards, tirer avec une carabine avec une lunette est plus une question de cohérence que de configuration et de cohérence qu’autre chose. Le montage correct de la lunette est une partie importante de la réussite de la prise de vue avec une lunette. La cohérence dans votre exécution de chaque coup est l’autre partie majeure. Vous faites le montage correctement, presque tout le reste dépend de vous.

Monter correctement votre lunette est la moitié de la bataille. L’autre moitié est de trouver la bonne routine pour maximiser la précision de vous et du fusil. J’ai quelques trucs et astuces qui peuvent vous aider à trouver votre routine et quelques instructions étape par étape pour faire un tir avec votre carabine à lunette.

Avant qu’un seul coup ne descende dans le canon

Avant que quoi que ce soit d’autre puisse arriver, vous devez monter votre lunette correctement pour les prises de vue les plus précises. Il y a beaucoup de bons articles sur Internet sur le montage des lunettes de visée. En fait, celui que j’ai écrit est disponible sur ce lien. Lorsque vous montez votre lunette de visée, portez une attention particulière à deux ou trois choses.

Alignement du réticule – Obtenez-le droit et vrai

La plupart des guides de montage d’une lunette de visée mentionnent l’alignement du réticule au passage. Je suppose que l’hypothèse est que vous obtiendrez la portée alignée avec l’alésage du pistolet et le réticule vertical avec le pistolet. Si vous échouez dans cette partie de la configuration, vos prises de vue s’égareront lorsque vous ajusterez l’élévation et la dérive.

Achetez un ensemble de niveaux à bulle d’alignement de portée et apprenez à les utiliser. À long terme, votre précision s’améliorera.

Soulagement des yeux – Où mettre la portée

Deux facteurs critiques concernent le dégagement oculaire lors du montage d’une lunette sur votre fusil. Le premier est la position de votre tête sur le stock. Cela dépend en partie de plusieurs facteurs.

  • La longueur de traction du stock
  • Votre position naturelle lorsque vous faites la soudure de votre joue
  • Le dégagement oculaire de la lunette que vous avez choisie.

La longueur de traction du stock détermine dans une large mesure où vous mettez naturellement votre joue sur le stock lorsque vous vous préparez à tirer. La soudure des joues fait partie du facteur de cohérence du tir réussi avec un fusil à lunette. Vous devez placer votre œil au même endroit chaque fois que vous portez le fusil à votre épaule.


Soudure des joues et soulagement des yeux

La soudure des joues et le dégagement des yeux peuvent ne pas sembler être un gros problème, mais tenez compte de vos différentes positions de tir. Placez-vous le fusil au même endroit et votre œil revient-il dans la même position par rapport à la lunette si vous tirez depuis un banc ou en position couchée ? Que diriez-vous de vous asseoir dans un stand de cerfs ou de vous asseoir avec vos coudes sur vos genoux. Vous devez apprendre à placer votre œil au même endroit par rapport à la lunette dans chaque cas.


Comment mesurer le soulagement des yeux ?

Juger un soulagement correct des yeux n’est pas aussi difficile que cela puisse paraître. Avec votre lunette montée, prenez votre position de tir normale avec votre soudure de joue habituelle et regardez à travers votre lunette. En général, vous voulez voir une image qui remplit toute la portée sans bords noirs autour de l’image.

Si vous voyez un anneau noir autour de l’image de votre lunette ou si les bords de l’image semblent flous, votre lunette est trop loin ou trop près de votre œil. Ne bougez pas la tête ou les yeux pour corriger ce problème. Vous voulez que votre joue tombe naturellement dans la même position chaque fois que vous portez le fusil à votre épaule.

Ajustez la portée, pas votre tête

Desserrez suffisamment les anneaux de la lunette pour vous permettre de faire glisser la lunette vers l’arrière ou vers l’avant. Avec votre tête dans la position qu’il prend normalement, faites glisser la lunette dans et hors des anneaux jusqu’à ce que l’image remplisse la lentille de la lunette sans anneaux noirs ni bords flous. Assurez-vous que votre lunette reste alignée avec votre pistolet avant de resserrer les vis de la bague.


Les bases de la prise de vue avec une lunette

Maintenant que vous et votre lunette de visée sur fusil travaillez comme une seule unité, il est temps d’aborder les techniques de tir pour gagner en précision. Encore une fois, la cohérence est la clé de la façon dont vous approchez et effectuez vos prises de vue. Ces conseils s’appliquent autant à la chasse sur le terrain qu’au tir de compétition au champ de tir.

Je suppose à ce stade que vous êtes allé au champ de tir et que vous avez remis à zéro votre fusil et votre lunette. Sinon, sauvegardez et récupérez certaines de vos munitions préférées et dirigez-vous vers le champ de tir. Avant de commencer à penser à ce cerf trophée ou à ce wapiti mâle, assurez-vous de mettre à zéro votre fusil et votre lunette à la bonne distance.


Poste, poste, poste

En immobilier, les trois mots d’ordre sont emplacement, emplacement et emplacement. En tir de précision, cela se traduit par la position, la position et la position. La position de votre corps est la base d’un tir précis. Essentiellement, vous voulez adopter une position de tir qui utilise vos os pour soutenir votre fusil et non vos muscles. Il y a de bonnes raisons pour ça.

Allongez-vous sur le travail

Si possible, allez à plat ventre. La position couchée est de loin la position la plus stable que vous puissiez adopter. Avec la majeure partie du poids de votre fusil supporté par quelque chose comme un sac à dos, un bipied ou une bûche, votre corps est beaucoup plus stable. Chaque tireur doit maîtriser la position couchée, en particulier les chasseurs qui peuvent faire face à de longs tirs sans banc de repos.

Assis avec style – Utilisez ce que vous avez

Souvent, les chasseurs n’ont pas le luxe d’un endroit plat assez grand pour établir une bonne position couchée. Le côté d’une pente raide et le tir à travers une vallée de montagne ne se prêtent pas bien à une position couchée. Dans ce cas, la meilleure alternative est de vous asseoir et d’utiliser vos genoux et vos coudes pour soutenir le fusil.

Mettre vos coudes sur vos genoux permet d’utiliser au mieux le support osseux. Vous utilisez peu de force musculaire dans cette position, ce qui la rend assez stable lorsqu’elle est faite correctement. Tirer en position assise demande de la pratique. Vous devez essayer différents arrangements avec vos jambes, vos genoux et vos coudes pour trouver la position qui vous offre le meilleur soutien et le plus de confort.

À genoux – Prendre un peu de hauteur

Parfois, une position couchée ou assise ne vous donne pas assez de hauteur pour voir par-dessus les obstacles. Si vous avez besoin d’un peu plus de hauteur, la position à genoux est la meilleure alternative. L’astuce pour tirer à partir d’une position agenouillée est de s’assurer que vous maximisez l’utilisation de votre ossature et non des muscles pour le soutien.

Placer votre pied sous votre extrémité arrière et votre coude sur l’autre genou offre un soutien os à os pour éliminer les mouvements musculaires pendant que vous tirez. Pour maximiser l’effet, l’ajout d’un bipied ou d’un monopode à votre fusil vous aidera énormément.

Tir debout ou à main levée – La position à éviter si possible

Tirer à l’improviste, tenir votre fusil sans appui, sauf par la force musculaire de votre bras, est la position la moins stable et la moins précise que vous puissiez utiliser. Les muscles se fatiguent rapidement dans cette position. Les rythmes naturels de votre corps, tels que votre rythme cardiaque et votre respiration, sont transposés au fusil. Il est presque impossible de maintenir une position stable et de maintenir une bonne position de visée lors d’un tir désinvolte.

Si vous devez prendre un tir désinvolte, trouvez un arbre contre lequel vous appuyer ou une branche basse pour vous soutenir. Un monopode ou des bâtons de tir croisés sont inestimables pour les tirs désinvoltes. Si vous devez prendre ce coup désinvolte, soyez rapide. Plus vous tenez ce fusil contre votre épaule, plus vous devenez instable.


Comment est immobile ?

Même avec la meilleure position, vous ressentirez probablement un mouvement visible dans votre lunette. Plus le grossissement que vous utilisez est élevé, plus le mouvement peut être perceptible et prononcé. Lorsque vous agrippez le fusil, votre pouls transmettra un mouvement au fusil même s’il est au repos. Apprendre à gérer ce mouvement est une compétence que tout bon tireur doit apprendre.

La respiration donne également un mouvement au fusil. Le vent peut aussi parfois provoquer un mouvement du réticule. Toutes ces choses créent un mouvement rythmique du réticule lorsque vous regardez votre cible. Avec la pratique, ce mouvement devient presque imperceptible au fur et à mesure que vous apprenez à compenser et à gérer votre tir.

Il y a certaines choses à retenir sur le traitement du mouvement normal du réticule.

  • Le mouvement est normal. Ne le laissez pas vous énerver.
  • Le plus d’effort que vous avez subi juste avant votre tir aggravera le mouvement. Si possible, prenez un moment pour reprendre votre souffle et laissez votre rythme cardiaque ralentir.
  • Utilisez la position de prise de vue la plus stable possible pour minimiser le mouvement du réticule.
  • Utilisez le plus faible grossissement possible.
  • Apprenez à travailler avec le mouvement normal du réticule. Le timing est critique, mais peut jouer pour vous aussi bien que contre vous.

Une fois de plus, l’importance de la pratique ne peut pas être surestimée. Entraînez-vous à tirer depuis différentes positions. Prendre tous vos coups d’entraînement depuis un banc stable au champ de tir ne vous prépare pas pour le terrain. Apprenez comment votre lunette et votre carabine réagissent depuis toutes les positions de tir et entraînez-vous.

Faites un peu d’exercice avant de vous entraîner. Voyez quel effet votre fréquence cardiaque et votre respiration ont sur votre carabine après avoir monté un escalier, fait une marche rapide de 100 mètres ou effectué quelques sauts d’obstacles. Tout le monde sur la cuisinière peut sourire, mais le moment venu, vous pourriez avoir le dernier mot.


Gardez votre calme et persévérez

Les distractions peuvent être une nuisance sur le champ de tir et des catastrophes sur le terrain. Vous pouvez être distrait par les bruits, la météo ou même des questions sur votre équipement et votre fusil. Bloquer les distractions peut faciliter la concentration sur la cible et gérer le mouvement de la lunette, la dérive, l’élévation et la portée.

Un soir, j’étais assis dans un blindage à cerfs en regardant un beau mâle entrer et sortir d’un fourré de pruniers à environ 100 mètres de là. Pendant que je regardais, le son caractéristique de plusieurs cochons sauvages juste derrière mon abat-jour m’a fait sursauter. Je savais que j’étais probablement en sécurité à l’intérieur du store, mais les grognements et les grognements des cochons m’ont suffisamment affecté pour que lorsque j’ai finalement tiré sur le mâle, j’ai raté net. Je n’ai pas réussi à bloquer les distractions.


Établir une routine de déclenchement

Le contrôle de la gâchette est l’un des plus gros problèmes pour apprendre à tirer avec précision avec une lunette à haute puissance. Secouer ou appuyer rapidement sur la gâchette est une erreur que de nombreux chasseurs commettent régulièrement. L’excitation est la cause générale. Voir ce trophée passer à travers la lunette provoque presque instantanément une augmentation de votre fréquence cardiaque, une montée d’adrénaline et un enclenchement de la gâchette.

L’établissement d’une routine définie pour chaque tir garantit la cohérence et la précision. Pour moi, cela ressemble à quelque chose comme ça.

  • J’installe le réticule sur mon point de visée après avoir évalué la dérive et l’élévation.
  • J’inspire puis expire lentement et profondément. Alors que je vide mes poumons, je fais une pause.
  • J’appuie lentement sur la gâchette à la pause de ma respiration, en faisant des ajustements au placement de mon réticule si ma cible bouge.
  • Quand la gâchette casse, je fais de mon mieux pour ne pas bouger. Je reste en position et laisse le canon se remettre en place après le recul.
  • Ce n’est qu’alors que je détourne le regard de la lunette et que je bouge.

Je fais de mon mieux pour suivre cette routine simple pour chaque coup. Peu importe que je sois en train de tirer sur le banc de tir ou de traquer un trophée sur le terrain. Cette approche cohérente de la prise de vue me donne confiance et m’a bien servi.


Tirer avec un fusil à lunette – Pas de magie, juste de bonnes habitudes

Il n’y a pas de magie à tirer avec un fusil à lunette. Peu m’importe si vous faites des tirs de précision de 1 000 verges ou des tirs de 75 verges à couvert avec un fusil à levier 30-30. Si le fusil et la lunette sont réglés et mis à zéro, la différence flagrante sera la cohérence avec laquelle vous abordez votre prise de vue.

J’espère que cet article vous donnera un aperçu pour devenir un meilleur tireur avec votre fusil à lunette. Si vous souhaitez répondre à cet article, veuillez utiliser la section commentaires ci-dessous. Vos expériences, connaissances et suggestions sont toujours les bienvenues. Restez en sécurité et tirez droit.

★★★★★

Équipe survivaliste

Équipe survivaliste

Nous sommes une équipe de survivalistes aguerris et passionnés. Nous vous proposons des articles quotidiens pour pouvoir partager ensemble notre passion du survivalisme, nos tutos et nos meilleurs conseils. Sur ce site, nous parlons d'armes, de défense de son territoire et de sa personne, de nature, de santé, d'autonomie, et de tout ce qu'il vous faut pour apprendre à survivre et "rester en vie".