Catégories
Apprendre et survivre

Comment les faux médias d'information affectent notre vie

Avec le reste du pays, j’ai observé ce qui se passait avec les manifestations du BLM et les émeutes qui les accompagnaient.

Je suis écœuré par le chaos et la destruction, les entreprises et leurs vies étant détruites. Malheureusement, bon nombre des personnes qui ont perdu leur entreprise viennent de la communauté même que BLM prétend vouloir aider.

Il est clair que le BLM n’est pas ce qu’ils prétendent être, ou peut-être devrais-je dire que le BLM que nous voyons dans les nouvelles n’est pas le BLM qui a lancé les manifestations après la mort de George Floyd. En fait, nous pouvons dire qu'il existe aujourd'hui trois BLM différents:

  • Le sentiment BLM, qui est une préoccupation concernant les hommes noirs tués lors d'affrontements avec la police (que cela soit justifié ou non)
  • L'organisation BLM, qui a été fondée par un couple de femmes qui sont des marxistes avouées et dont la déclaration de croyances sur leur site Web comprend un soutien solide à la communauté LGBT + et un désir de détruire la famille nucléaire.
  • Les manifestations du BLM qui ont été prises en charge par des organisations anarchistes, qui tentent de fomenter une révolution, détruisant les États-Unis que nous connaissions autrefois

Le vrai méchant dans cette histoire ne sont pas en fait les anarchistes; ce n’est qu’un petit méchant. Non, le vrai méchant, ce sont les médias d'information, qui ont travaillé dur pour créer un récit dangereux; celui qui alimente la division dans ce pays.

Je veux en parler parce que je le vois comme une menace existentielle très réelle pour notre nation. Alors que nous sommes toujours confrontés aux dangers des catastrophes naturelles et des nations renégates, nous sommes également confrontés à des dangers internes provenant de notre propre société fragmentée. L’Empire romain, l’un des empires les plus vastes et les plus durables de l’histoire du monde, n’a été conquis par aucun ennemi; ils ont été détruits de l'intérieur.

Comment une telle chose se produit-elle? L'auteur G. Michael Hopf a postulé dans l'un de ses livres: «Les temps difficiles créent des hommes forts; les hommes forts créent de bons moments; les bons moments créent des hommes faibles, et les hommes faibles créent des moments difficiles. Bien qu'il existe de nombreux exemples pour percer des trous dans cette déclaration philosophique, il y a aussi une part de vérité. Les temps difficiles ne rendront pas tous les hommes forts; certains en seront détruits. Tous les hommes forts ne créeront pas non plus de bons moments. L'idée de «pouvoir pour le bien» est un excellent concept, mais beaucoup trop d'hommes forts voient leur force comme un moyen d'obtenir plus pour eux-mêmes, et non pour apporter le bien à la société en général. S'il faut des hommes forts pour créer de bons moments, c'est peut-être la seconde moitié de cette citation qui contient le plus de vérité.

Bien sûr, il existe de nombreux types de force. La force morale et la force physique n'ont rien à voir l'une avec l'autre. De même, la force intellectuelle est une catégorie totalement différente. Ainsi, lorsque nous parlons d’hommes forts ou de femmes fortes, cela aide à définir à quel type de force nous parlons.

Même ainsi, il ne fait aucun doute que ce pays a traversé certains des plus grands «bons moments» que le monde ait jamais connus au cours du siècle dernier. Tout le monde n'a pas participé à cette prospérité; mais même ceux qui ne l’avaient pas beaucoup mieux qu’un énorme pourcentage de personnes vivant dans le reste du monde. Notre pauvreté peut être considérée comme une grande richesse par les habitants de certains pays.

Les médias ont créé la colère

Rares sont ceux d’entre nous qui sauraient même la mort malheureuse de George Floyd sans les médias. Les médias d’aujourd’hui sont capables de rassembler et de diffuser des informations plus rapidement que les services de renseignement de n’importe quel pays. Malheureusement, ce qui passe pour des «nouvelles» aujourd'hui est plus vraisemblablement un commentaire qu'un reportage réel; et comme tout commentaire, il s’agit davantage des opinions personnelles du commentateur que des faits de l’affaire dont il est question.

L’un des grands mouvements des médias d’information ces dernières années est celui de rapporter le moment où la police tue un homme noir. Je ne sais pas s’ils ont signalé chacun de ces incidents, mais ils en ont suffisamment signalé pour que cela pose un problème.

Ce qui fait le problème, ce n’est pas tant que les médias le signalent, mais comment ils le signalent. Indépendamment de ce qui se passe, de l’homme noir que la police montre, qu’il ait été impliqué ou non dans un crime ou s’il s’est disputé avec la police, il est la victime. Dans ce récit, la police a l'air d'être la Gestapo Jackbooted, à la recherche de chaque homme noir qu'elle peut tuer. Ce n’est pas un vrai récit, mais il est présenté aux masses comme si c’était le cas.

Comment pensez-vous que cela fait ressentir les jeunes hommes noirs? Je te le dirai. Ils ont peur. Alors que beaucoup d’entre nous peuvent sentir des papillons dans le ventre lorsque nous sommes arrêtés par la police, les jeunes hommes noirs que je connais sont terrifiés par une telle rencontre. On leur a dit assez souvent que la police était là pour les chercher, qu’ils le croyaient.

Comme pour tout mensonge, celui-ci contient juste assez de vérité pour le rendre crédible. Il y a deux vérités ici. La première est que la police tire parfois sur un homme noir. Puisqu'il n'est pas rapporté quand la police tire sur un homme blanc et que cela domine à peu près l'actualité pendant des jours où la police tire sur un homme noir, il y a une perception très réelle que les hommes noirs sont ciblés de manière disproportionnée. L'autre vérité est que la police est plus susceptible d'arrêter un homme noir pour avoir «conduit en noir» qu'un homme blanc. Entre les deux, il y a suffisamment de vérité pour soutenir le mensonge qui donne aux Noirs une mauvaise perception.

Seriez-vous en colère si vous aviez été vendu ce mensonge? Je sais que je le ferais. Et n’essayez pas de dire que vous n’achèteriez pas le mensonge; il n’y a aucun moyen que chacun de nous sache si nous l’achèterons ou non tant qu’il ne nous est pas destiné. Nous avons tous tendance à croire ce qu'on nous dit, surtout si cela vient d'une source que nous connaissons et en qui nous avons confiance.

L'autre côté des médias

Bien que beaucoup plus petit que les médias traditionnels, il existe une voix médiatique conservatrice, principalement sur Internet. Nous avons nos propres commentateurs qui examinent les diverses choses qui se passent dans notre pays et nous donnent un point de vue conservateur à leur sujet. Ceux d'entre nous qui sont conservateurs ont tendance à croire ces commentateurs tout en qualifiant les médias grand public de «fausses nouvelles», tout comme les progressistes croient en leurs médias et appellent les nouvelles conservatrices de «fausses nouvelles».

Mais tout comme les médias de gauche donnent à leur peuple un récit particulier, le nôtre nous donne également un récit particulier. Puisqu'il s'agit d'un commentaire, plutôt que d'une «actualité», il ne s'agit pas tant de ce qui s'est passé, mais plutôt de conduire un récit particulier. La meilleure chose que nous puissions dire à ce sujet est qu'au moins ils sont assez honnêtes pour dire qu'ils sont des commentateurs conservateurs, plutôt que de l'autre côté essayant de nous convaincre qu'ils sont des journalistes «neutres».

Voici le problème cependant. Lorsque nous permettons à notre vision du monde d'être définie par ces commentateurs conservateurs, nous pouvons devenir tout aussi aveugles à la réalité que nos cousins ​​de l'autre côté de l'allée. On peut oublier qu'il y a des gens qui ont des soucis très réels, qui sont ensevelis sous tout le bruit.

Lorsque George Floyd a été tué, à peu près toute la nation était du côté du mouvement Black Life Matters. C'était considéré comme une tragédie qui n'aurait pas dû se produire. Même les commentateurs conservateurs disaient cela. Mais quelque chose est arrivé. Les gens ont commencé à se pencher sur le passé de Floyd et à découvrir qu’il avait un casier judiciaire. Même ainsi, ces commentateurs conservateurs disaient toujours que la façon dont les policiers traitaient Floyd était mauvaise.

Tout cela a changé maintenant, à mesure que de plus amples informations sont apparues. Ce n'est pas que quiconque pense que la mort de Floyd était justifiée, mais que les gens en ont assez de voir comment Georg Floyd et d'autres hommes noirs tués par la police sont glorifiés comme martyrs, tandis que d'autres sont ignorés et ceux qui se défendent sont vilipendés. .

Encore une fois, ce sont les médias qui nous en font prendre conscience; seulement cette fois, ce sont les médias conservateurs qui portent la disparité à notre attention. C’est une autre sorte de fausse impression, affectant une autre partie de la population.

L'autre chose sur laquelle se concentrent les médias de droite, ce sont les émeutes. Certes, les émeutes sont un gros problème et la destruction de biens est quelque chose qui devrait être couvert dans les nouvelles. Le récit de la gauche de «manifestations essentiellement pacifiques» alors que les entreprises brûlent en arrière-plan est clairement faux. Mais toutes les manifestations ne deviennent pas violentes et elles ignorent cette partie de l’histoire.

Des chercheurs du projet Armed Conflict Location and Event Data Project ont publié un rapport indiquant que plus de 90% des manifestations de Black Lives Matter ont été pacifiques, avec seulement 220 escalade en violents affrontements entre la police et les manifestants ou la destruction de biens.

Bien que je ne sois pas d’accord avec la plupart des conclusions de ce rapport, il ne fait aucun doute que la majorité de ces manifestations étaient pacifiques, même si nous élargissons la définition de «violente» qu’ils utilisent. Pourtant, ce dont on nous parle, c'est la violence. Nous sommes nourris de l’impression que les Noirs de notre pays sont un groupe de personnes violentes et haineuses qui sont déterminées à détruire notre pays.

En réalité, la majorité des émeutiers et des pillards ne sont pas du tout noirs mais blancs. La plupart d'entre eux proviennent d'ANTIFA, pas de BLM. Pourtant, les cameramen qui prennent la vidéo parviennent à obtenir leurs angles de caméra juste pour que les clips qui nous sont montrés soient des émeutes de noirs, du vandalisme et du pillage.

Ensuite, il y a les médias sociaux

Si toute cette désinformation n’était pas assez grave, il existe des réseaux sociaux pour ajouter à la confusion. Si vous voulez trouver une mauvaise perception de quoi que ce soit, il suffit de regarder ce qui est publié sur votre fil Facebook ou ce que les gens tweetent sur Twitter.

Même cela est manipulé, car les principales sociétés de médias sociaux sont toutes dirigées par des technocrates de gauche qui considèrent qu'il est de leur «devoir» d'être des arbitres de l'information. Ils suppriment constamment les organisations et les postes conservateurs, au point même de bloquer ou de qualifier de «fausses» certaines choses que le président a dites.

Malheureusement, les médias sociaux sont devenus une plate-forme de désinformation et de commerce, plutôt que d'être un endroit où les amis peuvent se parler en ligne. Il s'est si éloigné de ses racines qu'il est impossible de le distinguer. Nous serions tous mieux sans cela. Mais si vous ne pouvez pas vous en sortir, soyez au moins assez sage pour ne pas croire tout ce que vous voyez là-bas, à part les blagues.

Ne soyez pas manipulé

Il me semble clair qu'il y a des gens dans les coulisses qui manipulent le récit pour obtenir un certain résultat. Ce n’est pas une théorie du complot. Tous les principaux médias appartiennent à un très petit nombre de sociétés et ils suivent apparemment le même manuel.

Alors, quel est ce playbook? Puisque nous ne pouvons pas le voir, tout ce que nous pouvons faire est de regarder ce qu’ils font. Et ce qu'ils font, c'est semer la discorde sociale, en particulier la discorde raciale et économique, créant des divisions dans notre pays en opposant un groupe à un autre. Il semble de plus en plus clair que ces personnes sont déterminées à lancer une révolution, probablement déguisée en guerre civile raciale.

Les mensonges sont profonds. Parlez à n'importe quelle personne homosexuelle ou transgenre aujourd'hui et elle vous dira que les chrétiens les détestent. Parlez à la plupart des Noirs et ils vous diront que les Blancs les détestent. Peu de choses sont basées sur la vérité, c’est la seule perception.

D'où viennent ces perceptions? Certains viennent des médias, mais en réalité, les médias font la même chose que tout le monde, ils le font simplement avec une plus grande autorité. Autrement dit, ils supposent qu'ils connaissent les pensées et le cœur des autres. Ces perceptions sont rapportées comme des «faits», ce qui permet à beaucoup d’autres de croire la même chose.

Nous devons tous être sur nos gardes pour cela. S'il y a une chose que nous pouvons faire pour ramener la paix et la raison dans notre pays, c’est de cesser de présumer ce que les autres pensent et pensent des choses. Nous devrions plutôt entendre ce qu'ils ont à dire pour pouvoir apprendre à les comprendre.

Ce n’était peut-être pas vous, mais quelqu'un qui vient de lire cela se dit: «Je n’ai pas besoin de leur demander ce qu’ils en pensent, je le sais déjà.» C'est ce dont je parle. Cette personne est celle qui a besoin de poser les questions et d'entendre ce que l'autre partie a à dire, plus que quiconque. Mais ils sont aussi ceux qui sont le moins susceptibles de le faire.

Si ce pays s'effondre; ce sera une partie importante de celui-ci. Nous mènerons une seconde guerre civile basée sur de fausses perceptions, plutôt que sur la vérité. Et pendant que nous faisons cela, nous dirons tous: «Si seulement l’autre partie avait écouté» alors que nous secouons la tête de tristesse et que notre pays s’embrase.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *