Catégories
Apprendre et survivre

Cap and Ball Sixguns: ancienne technologie, nouveau monde

Les munitions sont rares ces derniers mois et le seront probablement dans un avenir prévisible. Les RImfires et les calibres défensifs courants comme .380, 9mm et .45 sont allés en premier, puis .223 / 5.56. Depuis les élections, même les cartouches de fusil de chasse font peur comme les dents des poules. Les politiciens de gauche n'auront peut-être pas à vider le deuxième amendement si les tireurs ne peuvent pas trouver de munitions. Lorsque Mahbub Ali a donné un revolver à Kim, il était complètement chargé. «De quelle utilité», observa l'astucieux Afghan, «une arme à feu est-elle vide?»

Les munitions encore disponibles le sont souvent au prix des scalpeurs. Payer un dollar par coup pour de la jonque russe à enveloppe d'acier n'est pas mon idée d'une bonne affaire, mais que pouvez-vous faire d'autre? Dans de nombreuses régions du pays, des composants pour le tir des chargeurs de bouche sont encore disponibles. Les armes d'épaule à chargement frontal rivalisent désormais avec la puissance, la précision et la fiabilité des armes à feu à cartouche conventionnelles.

Mais qu'en est-il des armes de poing? Les revolvers à bonnet et à balle sont-ils également pratiques dans le monde d’aujourd’hui?

Ma réponse est un «oui» nuancé. Ils sont moins pratiques, se chargent plus lentement et nécessitent plus de soins, mais les bons sont plus qu'acceptablement précis. Puissance? Le Walker 1847 de Colt, qui tire 60 grains de poudre noire et une balle de plomb de 143 grains, produit 396 livres-pied d’énergie initiale. Une balle conique plus lourde et la même charge pousse l'énergie à plus de 450 pieds-livres. Cela se compare aux .357 Magnum et .40 S&W. Les .44s et .36s plus petits cadrés correspondent aux cartouches .44 Special et .38 Special.

https://survivalblog.com/ "width =" 150 "height =" 81 "srcset =" https://www.resterenvie.com/wp-content/uploads/2021/01/Cap-and-Ball-Sixguns-ancienne-technologie-nouveau-monde.jpg 150w, https: / /survivalblog.com/wp-content/uploads/2021/01/Outlaw_Josey_Wales-300x163.jpg 300w, https://survivalblog.com/wp-content/uploads/2021/01/Outlaw_Josey_Wales-768x417.jpg 768w, https: / /survivalblog.com/wp-content/uploads/2021/01/Outlaw_Josey_Wales-1024x556.jpg 1024w, https://survivalblog.com/wp-content/uploads/2021/01/Outlaw_Josey_Wales-644x350.jpg 644w, https: / /survivalblog.com/wp-content/uploads/2021/01/Outlaw_Josey_Wales-600x326.jpg 600w, https://survivalblog.com/wp-content/uploads/2021/01/Outlaw_Josey_Wales.jpg 1272w "tailles =" (max -largeur: 150px) 100vw, 150px "/> The Walker (Mattie Ross en portait un dans un sac <em>Le vrai courage</em>) était le revolver le plus puissant du monde jusqu'à ce que Smith et Wesson introduisent le .357 Magnum en 1935. Presque aussi gros et à peine moins puissants étaient les divers Colt Dragoons produits entre 1848 et 1860. Ces «pistolets à cheval» étaient destinés à être utilisés par cavaliers montés, à porter dans des étuis de chaque côté de la selle. Peu d'hommes voudraient porter autant de fer à leur ceinture, bien que Clint Eastwood n'en portait pas un mais <em>deux</em> Les marcheurs dans son rôle de Josey Wales.<span id=

Le hors-la-loi du film d'Eastwood portait également un véritable pistolet à ceinture, l'armée de 1860 qui a remplacé les encombrants Dragoons. L'armée Colt, également nominalement un .44, a tiré les mêmes balles que ses grands frères, mais a utilisé moins de poudre. Une charge de 40 grains équivaut à environ 300 pieds-livres d'énergie avec une balle ronde. L’armée de Remington de 1858 est similaire. Les fans d'Eastwood se souviendront qu'il en a tiré un en Cavalier pâle.

1858 Remington .44 Armée

https://survivalblog.com/ "width =" 150 "height =" 74 "srcset =" https://www.resterenvie.com/wp-content/uploads/2021/01/1610457511_728_Cap-and-Ball-Sixguns-ancienne-technologie-nouveau-monde.jpg 150w, https: / /survivalblog.com/wp-content/uploads/2021/01/Cap_and_Ball_Remington-300x149.jpg 300w, https://survivalblog.com/wp-content/uploads/2021/01/Cap_and_Ball_Remington-768x380.jpg 768w, https: / /survivalblog.com/wp-content/uploads/2021/01/Cap_and_Ball_Remington-1024x507.jpg 1024w, https://survivalblog.com/wp-content/uploads/2021/01/Cap_and_Ball_Remington-707x350.jpg 707w, https: / /survivalblog.com/wp-content/uploads/2021/01/Cap_and_Ball_Remington-711x350.jpg 711w, https://survivalblog.com/wp-content/uploads/2021/01/Cap_and_Ball_Remington-600x297.jpg 600w "tailles =" (largeur max: 150px) 100vw, 150px "/> Les deux entreprises fabriquaient également des revolvers« Navy »de calibre .36, à peu près les mêmes qu'un .38 moderne, tirant 25 ou 30 grains de poudre sous une boule ronde de 80 grains ou une balle de 130 grains et cédant environ 200 pieds-livres au museau. sur préféré par le redoutable James Butler «Wild Bill» Hickok, qui en portait deux, simplement coincé sous une ceinture ou une ceinture.</p>
<h5>1861 Colt .36 Navy et .31 Pocket</h5>
<p><img class=

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *