Attitude «peut faire»: comment démanteler le stress du danger

Il y a mille petits détails qui permettent de survivre à une situation donnée; certains sous notre contrôle et d’autres non. Les compétences, les connaissances, l’équipement et les fournitures aident, mais ceux-ci seuls ne permettront à aucun d’entre nous de rester en vie. Plus que tout, nous devons avoir la bonne attitude.

L’attitude est reine dans le domaine de la survie. Si vous regardez l’une de ces émissions de télé-réalité de survie, ce sont les gens qui ont une attitude positive qui finissent par faire le mieux. C’est peut-être la télévision, mais c’est au moins censé imiter la vraie vie. Les «acteurs» ont donc beaucoup de marge de manœuvre pour être eux-mêmes. Une partie de cela consiste à laisser transparaître leur personnalité et leur attitude.

Si nous avons besoin de preuves que l’attitude est essentielle, nous devons examiner les manuels de formation militaire sur la survie. Toutes les branches de service en ont. Fait intéressant, ils commencent tous par un chapitre sur l’attitude. C’est peut-être parce que l’armée a découvert que cette attitude aide à garder en vie les aviateurs et les soldats abattus derrière la ligne.

Un test de 3 secondes SEAL vous dira si vous survivrez à une situation SHTF

Même les médecins l’ont remarqué. Les patients cancéreux ayant une attitude mentale positive sont beaucoup plus susceptibles de survivre à leur combat contre le cancer que ceux qui pleurent comment ils vont mourir. De même, les médecins des urgences ont vu des policiers qui avaient reçu des blessures par balle non mortelles mourir sur la table d’opération parce qu’ils étaient convaincus que s’ils étaient abattus, ils mourraient. Dans le même temps, certains ont reçu de graves blessures par balle dont la volonté de vivre les a fait passer.

D’accord, alors comment appliquer cela à la survie?

Développer une attitude «je peux faire»

La différence entre une attitude «je vais survivre» et une attitude «je vais mourir» n’est souvent rien de plus que «je peux». Des gens qui croient pouvoir agir comme s’ils le pouvaient, qu’il s’agisse de gagner une course ou de survivre à une catastrophe. Les gens qui ont cette attitude positive feront tout ce qu’il faut pour être sûrs de survivre.

C’est une clé essentielle car la survie nous oblige souvent à faire des choses que nous ne sommes pas à l’aise de faire, que nous n’avons peut-être jamais faites auparavant et que nous trouvons extrêmement difficiles à faire. La quantité d’effort physique qui serait nécessaire pour la plupart des scénarios de survie est bien au-delà de ce à quoi la plupart d’entre nous sont habitués.

La survie va également nous obliger à pousser plus fort et plus longtemps que ce à quoi nous sommes habitués. La tension physique de la survie est susceptible de nous taxer aux limites et au-delà. Mais renoncer à ces tâches peut aussi signifier renoncer à la vie, ce n’est pas un bon choix. L’attitude «Can do» nous aide à passer, comme un athlète qui trouve un second souffle pour continuer à courir alors qu’il est déjà épuisé.

Sans quelque chose pour nous motiver, il sera difficile de faire ce qui est nécessaire pour survivre. Pouvez-vous imaginer quelqu’un qui doit couper du bois alors qu’il est habitué à rester assis devant un ordinateur toute la journée? Je vous garantis que leurs muscles hurleront d’appeler ça s’arrête après seulement les cinq premières minutes de hachage. Ou que diriez-vous de quelqu’un qui a mal à l’estomac, mais qui doit écorcher et éviscérer un animal pour pouvoir le cuisiner pour le dîner?

Il est peu probable que nous trouvions beaucoup de motivation externe dans ces situations. Quelle que soit la raison que nous allons avoir, elle devra venir de l’intérieur de nous-mêmes. C’est pourquoi l’attitude «je peux faire» est si importante. Sans cela, nous pourrions facilement nous retrouver submergés par la situation et abandonner.

La seule chose qui sépare les Navy SEAL de toute autre force de combat dans le monde est qu’ils ne savent pas comment démissionner. Même leur devise, «La seule journée facile était hier», exprime cette idée. Leur credo commence par les mots: «Je n’abandonnerai jamais. Je persévère et je prospère dans l’adversité. »

Lorsque les SEAL suivent un entraînement à leur base de Coronado, en Californie, une cloche est suspendue devant la salle des ordres. Tout au long de la journée, cette cloche se moque d’eux en disant: «Tout ce que vous avez à faire pour sortir de tout cela, c’est de m’appeler, vous serez hors d’ici si vite, votre derrière ne vous rattrapera pas pendant une semaine . Alors que beaucoup sonnent cette cloche, ceux qui portent le trident ne le font jamais. Ce sont des survivants.

Aide à la formation

Il y a un dicton selon lequel la façon dont vous créez des troupes d’élite dans n’importe quelle armée est de leur dire qu’elles sont d’élite et d’attendre qu’elles soient à la hauteur de leur image d’elles-mêmes. Bien que je sois sûr qu’il y a un gros grain de vérité à cela, je sais aussi que ces troupes d’élite passent par certains des entraînements les plus brutaux au monde, se préparant à devenir ces troupes d’élite.

La formation aide n’importe qui à développer cette attitude «capable de faire», car il apprend qu’il peut vraiment faire les tâches dont il a besoin pour survivre. Plus nous sommes confiants que nous savons comment accomplir des tâches, même dans les pires conditions, plus notre foi en général grandit.

Bien sûr, cette formation doit être faite avec un but. Les compétences acquises doivent être celles qui devront être utilisées dans une situation de survie. Ils doivent également être pratiqués dans des conditions quelque peu réalistes, suffisamment proches des réelles, pour créer une certaine familiarité et un certain confort lorsque cela est nécessaire pour utiliser ces compétences.

Je vois souvent des préparateurs s’entraîner d’une manière trop éloignée d’une situation de survie réelle. Le meilleur exemple en est peut-être l’allumage d’un incendie dans des conditions météorologiques idéales. Mais quand les choses se passent bien, il y a de fortes chances que nous devions créer un feu sous la pluie ou la neige, pas quand c’est une belle soirée d’été calme. Leur confiance n’allumera pas ce feu s’ils n’ont pas vraiment les compétences nécessaires pour l’accompagner.

Pour aller plus loin, avez-vous déjà essayé de trouver de l’amadou ou même du bois de chauffage pendant une tempête? Si vous êtes comme la plupart des gens, vous ne l’avez probablement jamais fait. Après tout, vous êtes assez intelligent pour rester dans votre tente quand il pleut. Vous aurez besoin de savoir où chercher lorsque la catastrophe survient, ce qui signifie l’avoir déjà fait.

Dans l’armée, apprendre une compétence signifie avoir la compétence au point où l’on peut le faire sans y penser. Il y a une bonne raison à cela; dans une crise, lorsque l’adrénaline circule dans son système, il est difficile de penser. Vous ne pouvez pas compter sur votre capacité à regarder une situation de manière logique et à déterminer ce qu’il faut faire. Au lieu de cela, vous devez être capable de réagir à tout moment, en comptant sur la mémoire musculaire pour vous aider à faire ce qu’il faut.

Ce type de capacité vient de trois choses:

  • Diviser la tâche en petites parties et apprendre chacune d’elles à fond
  • Pratiquer la tâche encore et encore
  • Appliquer la tâche dans autant de scénarios différents que possible

Nous avons besoin de ce même type d’entraînement avec toutes les compétences essentielles de survie. S’appeler pleinement formés avant d’y arriver n’est rien de plus que de se tromper.

Apprenez à démanteler le stress du danger

Si vous passez du temps avec une communauté de personnes engagées dans un travail dangereux, vous constaterez qu’elles ont toutes quelque chose en commun. C’est l’humour noir qu’ils ont en discutant de leur travail. Ce n’est pas quelque chose que vous entendrez probablement à moins que vous ne fassiez partie d’une telle communauté. C’est la conversation qu’ils ont entre eux lorsqu’ils sont seuls les uns avec les autres. Une telle discussion peut même sembler offensante pour ceux qui ne font pas partie de cette communauté particulière de professionnels, mais cela fait partie de leur survie.

Les soldats parlent d ‘«acheter la ferme» et les pilotes de «ne pas faire autant d’atterrissages que de décollages». Les deux parlent de la mort de cette manière sombre et humoristique. Mais ce n’est pas se moquer de la mort comme certains pourraient le penser; il s’agit de trouver un moyen de gérer le risque de décès dans les activités qu’ils font tous les jours.

Cet humour les aide à affronter le danger, à le démanteler émotionnellement et à diffuser l’intensité du risque auquel ils sont confrontés. S’ils ne le font pas, la peur peut les vaincre, les paralysant au mauvais moment.

Les pilotes de chasse, en particulier ceux qui décollent de porte-avions, sont parmi les personnes les plus arrogantes du monde. Une partie de cette capacité à être arrogante est qu’ils ont appris à démanteler le stress du danger auquel ils sont confrontés. Bien qu’aucun porte-avions américain ne soit jamais revenu au port après son déploiement avec son effectif complet de pilotes, tous les pilotes de ce navire sont convaincus qu’ils rentreront chez eux. Ils reconnaissent le danger de ce qu’ils font mais ont décidé que leur chance tiendrait bon.

Si ces pilotes ne pouvaient pas faire cela, ils deviendraient paralysés, incapables de faire leur travail et de piloter leurs avions. Donc, tout cet humour noir a une vraie place dans leur vie.

Ils ont même développé des rituels autour de cet humour. Asseyez-vous sur le briefing de la salle prête avant qu’une unité ne décolle en mission et vous entendrez le briefer utiliser le même type de langage dans le cadre du briefing. Ces blagues ne sont pas des rappels si subtils de ce qu’ils doivent faire pour survivre. Ils rappellent certaines des leçons les plus importantes que leur communauté a apprises, sans le sérieux qui les ferait commencer à s’inquiéter et à se figer.

Alors, comment utilisons-nous cela dans notre marque de survie? Peut-être que cet humour noir ne fonctionne pas pour vous. Mais vous devez encore trouver des moyens de dissiper cette peur. Cela peut être dû à la confiance, à la foi ou même à se concentrer sur d’autres choses. C’est vraiment ce que fait l’humour, les aide à se concentrer sur autre chose.

Ayez foi en quelque chose

La foi fait partie intégrante de la survie. Quelles que soient vos convictions religieuses, cela vous aiderait si vous aviez quelque chose en quoi croire. Nous pouvons tous nous attendre à faire face à des situations de survie plus grandes que nous. Quand ce moment vient, nous avons besoin de confiance en quelque chose de plus que de nous-mêmes.

Je ne sais pas quelle est votre foi et je n’ai pas besoin de savoir. Néanmoins, vous devez avoir foi en quelque chose. C’est cette foi qui vous soutiendra lorsque vous aurez l’impression de ne plus pouvoir faire plus. Peu importe comment cela se passe, croire en un dieu vous donnera quelque chose sur lequel vous pouvez compter, plus grand que vous.

Il y a eu de nombreuses fois dans ma propre vie où je sens que ma famille et moi avons été sauvés par une intervention divine. Que cela nous éloigne du danger ou nous aide à le surmonter, il y a quelque chose qui nous maintient en vie. Je ne parle pas d’endroits où mes compétences de survie nous ont occupés, mais plutôt où mes compétences de survie n’ont pas fait de différence, mais nous avons réussi à survivre.

Vous devez vous en occuper vous-même. Je ne suis pas ici pour vous convaincre d’aller dans un sens ou dans l’autre. Mais je dirai ceci; une foi qui n’est pas tangible, qui n’est pas quelque chose qui vous soutient tous les jours de votre vie, ne va probablement pas vous faire le moindre bien dans une crise.

Pour que la foi soit la foi, elle doit être utilisée tout le temps. Quiconque ignore sa foi, mais espère pouvoir invoquer son dieu en temps de crise, se trompe. Ce n’est pas que Dieu les échouera, mais plutôt qu’ils ne chercheront pas à les aider quand ils le devraient. Ils n’y penseront même pas parce qu’ils n’ont pas l’habitude d’y penser.

Mais il y a une autre partie de cela, qui correspond à notre sujet du jour. Avoir foi en quelque chose de plus grand que vous aide à vous donner cette attitude mentale positive dont vous avez besoin pour survivre. Vous ne pourrez peut-être pas dire «Je peux», mais vous vous surprenez à dire: «Je sais que mon Dieu le peut.» Cela aura le même impact sur votre confiance et votre attitude mentale globale. Que votre dieu vienne ou non en aide, vous n’abandonnerez pas; et cela pourrait vous voir pensé, avec ou sans l’aide de votre dieu.

★★★★★

Équipe survivaliste

Équipe survivaliste

Nous sommes une équipe de survivalistes aguerris et passionnés. Nous vous proposons des articles quotidiens pour pouvoir partager ensemble notre passion du survivalisme, nos tutos et nos meilleurs conseils. Sur ce site, nous parlons d'armes, de défense de son territoire et de sa personne, de nature, de santé, d'autonomie, et de tout ce qu'il vous faut pour apprendre à survivre et "rester en vie".

Articles liés